Télécoms

Télécoms : Wara maintient la note d’investissement d’Onatel

Onatel contrôle 44 % du marché de la téléphonie mobile au Burkina Faso. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

L' agence de notation Wara a maintenu la note d'investissement de l'opérateur téléphonique burkinabè Onatel. Une décision qu'elle justifie par la forte rentabilité de la filiale locale de Maroc Télécom, son expertise et sa position de leader sur le marché domestique.

West Africa Rating Agency a maintenu le mardi 12 juillet les notes de l’opérateur de télécommunications burkinabè Onatel, le leader national. L’agence de notation confirme la note d’investissement « BBB- » sur le long terme ainsi que celle de court terme (w-4) avec perspective stable.

Wara estime qu’en dépit de l’intensité des « forces concurrentielles du secteur des services de télécommunications » au Burkina et malgré l’arrivée d’Orange (qui a pris le contrôle d’Airtel, numéro deux du secteur) sur le marché, « Onatel devrait y conserver une place prépondérante », explique l’agence ouest-africaine dans son communiqué.

« De plus, le soutien opérationnel quotidien de l’actionnaire majoritaire Maroc Télécom (51 % des parts) permet à Onatel de mettre en place des procédures efficaces et étrennées depuis près qu’une décennie », souligne le rapport.

Rentabilité

Racheté fin 2007 pour 144 milliards de F CFA (220 millions d’euros), Onatel a réalisé de bonnes performances ces dernières années.

Entre 2009 et 2015, son chiffre d’affaires a progressé de 97 milliards à 145 milliards de F CFA. Le groupe a quasiment triplé son bénéfice passé de 9,98 milliards de F CFA en 2009 à 25,3 milliards de F CFA en 2015 (+28,5 % sur un an).

Malgré une hausse de sa charge fiscale (119 milliards de F CFA d’impôt sur le résultat l’an dernier) liée à l’augmentation de la taxation du secteur télécoms impulsée en 2014, Onatel a su préserver ses marges. Sa rentabilité de l’opérateur s’est améliorée constamment pour atteindre un taux marge de 17 % en 2015, contre 10,5 % en 2012. Le résultat d’exploitation d’Onatel a atteint 38,5 milliards de F CFA l’an dernier, en hausse de +44 % sur un an.

Par ailleurs, l’opérateur burkinabè a maintenu son effort d’investissement pour densifier et étendre la couverture du territoire. Ainsi, plus de 29 milliards de F CFA ont été mobilisés l’an dernier pour moderniser le réseau en vue de faire face à la congestion du trafic.

6,8 millions de clients

Fin 2015, l’Onatel comptais 6,8 millions d’abonnés à la téléphonie mobile (+24 % sur un an) sur un parc national estimé à quelques 12,5 millions d’abonnés.

La filiale locale de Maroc Télécom contrôle 44 % du marché devançant Airtel (37 %) – tombé dans le giron d’Orange en juin – et Telecel (19 %), contrôle par l’entrepreneur burkinabè Apollinaire Compaoré.

Détenue à 51 % par Maroc Télécom et à 26 % par l’État burkinabè, Onatel a été la première société burkinabè cotée à la Bourse régionale des valeurs mobilières, basée à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte