Sport

CAN 2015 : la Côte d’Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

| Écrit par Camille Belsoeur
Le Guinéen Kévin Constant a trompé la défense malienne sur penalty.

Le Guinéen Kévin Constant a trompé la défense malienne sur penalty. © Photo AP

La Côte d’Ivoire s’est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l’autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront départagés jeudi matin lors d’un tirage au sort à Malabo pour cause d’égalité parfaite ! 

La grande histoire de cette dernière journée du groupe D, c’était l’éventuel tirage au sort aux allures de guillotine que tout le monde guettait dans la course à la qualification aux quarts de finale de la CAN. Aux coups d’envoi à Malabo et Mongomo mercredi soir, personne ne savait quelle forme prendrait ce "loto foot" nouvelle version. La réponse – et c’est la première qu’on a eu dans cette soirée thriller – est tombée vers 19h30, au milieu de la première mi-temps. En cas d’égalité parfaite entre deux ou autre équipes, le tirage au sort serait effectué jeudi matin à Malabo sous les yeux des dirigeants de la Confédération africaine de football (CAF). Et l’inévitable est arrivé avec le nul entre la Guinée et le Mali (1-1), à égalité parfaite dans ce groupe. Un tirage au sort les départagera jeudi matin à Malabo. C’est la Côte d’Ivoire, vainqueur du Cameroun (1-0), qui fait la bonne affaire. 

>> À lire aussi : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

La Côte d’Ivoire qualifiée

La pression était grande sur l’entraîneur Hervé Renard et les Elephants avant ce choc face au Cameroun. Présentés comme le favori de la compétition aux côtés de l’Algérie, la Côte d’Ivoire a déçu collectivement lors de ses deux premières rencontres. Face aux Lions Indomptables, c’est sur un exploit individuel que les Elephants se sont sortis d’affaire. Dans un premier acte équilibré, avec des actions des deux cotés, c’est l’attaquant Max-Alain Gradel qui est allé inscrire tout seul un but magnifique. À la réception d’une passe à 40 mètres du bu camerounais, il a semé la défense des Lions en repiquant dans l’axe et trompait le jeune Ondoa d’une frappe somptueuse, précise et puissante (1-0, 35e). 

L’autre histoire de ce match, c’est l’entrée du jeune Clinton Njie (21 ans). L’attaquant de l’OL, auteur d’un doublé face à la Côte d’Ivoire à Yaoundé  (4-1) lors des qualifications pour la CAN, était attendu comme un héros par les fans camerounais qui scandaient son nom dans les tribunes du stade de Malobo. Dès son entrée sur le terrain à l’heure de jeu, alors que le Cameroun se ruait à l’offensive en fin de match, Clinton Njie électrisait un peu plus l’ambiance en décochant une frappe contrée par la défense ivoirienne. 

>> À lire aussi : Hervé Renard et Volker Finke, deux entraîneurs sous pression

La Guinée et le Mali s’en remettent au hasard

Le match entre la Mali et la Guinée a basculé sur une histoire de penalties. Après un début de match très terne, où les deux formations semblaient paralysées par l’enjeu, la rencontre a connu un vent de folie.  C’est le défenseur malien Salif Coulibaly qui a lancé l’affaire en stoppant de la main un centre tendu d’Ibrahima Traoré. Penalty. Kévin Constant, plein de sang-froid, transformait l’offrande (1-0, 13e). Mais dans les instants suivants, scénario identique de l’autre côté du terrain ! Sur un centre du Malien Maïga, un défenseur guinéen plaçait la main sur la trajectoire du ballon. Mais le disque de la rencontre n’était pas rayé, puisque Seydou Keita, le capitaine des Aigles, voyait sa frappe repoussée par Yattara, le portier guinéen.

Pourtant, c’est le Mali qui avait le mieux débuté ce match. Mais les Aigles ne concrétisaient pas leurs premières occasions, à l’image de cette frappe de Diaby qui prenait la direction du but de Yattara, mais déviée par un pied malien au dernier moment. Pas récompensé de leurs efforts avant la pause, les Aigles ont ensuite mis le pied sur l’accélérateur. Et c’est Modibo Maïga qui égalisait d’une tête à bout portant sur un centre de Diaby dès le retour des vestiaires (1-1, 47e). Fait incroyable, les deux formations, qui n’ont pas réussi à se départager avant le coup de sifflet final, seront départagées au classement lors d’un tirage au sort jeudi matin à Malabo.  Ce n’est pas inédit, en 1988 un tirage au fort avait départagé l’Algérie et… la Côte d’Ivoire, éliminée sur un coup de dé à l’époque. Mais les Elephants ont pris leur destin en main cette fois.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte