Sport

CAN 2015 : Les trois atouts de la Guinée équatoriale face au Ghana

Emillio Nsue célèbre son but face au Congo © Photo AP

La Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015, va tenter de se qualifier pour la première fois pour la finale de la CAN. Le rapport de force face au Ghana paraît à son désavantage, mais le Nzalang nacional a des raisons d'y croire. 

Mis à jour le 5 février, à 17h48

Tout un peuple derrière elle

Ce n’est peut-être pas équitable, mais le quart de finale entre la Tunisie et la Guinée équatoriale avait été déplacé du petit stade d’Ebebiyin à l’enceinte de Bata et ses 35 000 sièges. Officiellement pour des raisons de terrain abîmé à Ebebiyin – ce qui est vrai. Mais la Confédération africain de football( CAF) voulait également "récompenser" la Guinée équatoriale qui a organisé cette CAN 2015 à la dernière minute. Avec succès. Surtout que les 35 000 spectateurs ont assisté à une historique qualification en demi-finales du Nzalang nacional. Mais la CAF n’a pas renouvelé son geste pour la demi-finale face au Ghana, jeudi 5 février à 20h. Comme prévu initialement, cette rencontre se disputera à Malabo, où s’entasseront les fans du Nzalang.

>> À lire aussi : La Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

Mais à l’heure du coup d’envoi, l’ambiance sera sûrement brûlante dans le stade de la capitale. Comme lors de la victoire face à la Tunisie (2-1, a.p.) en quarts de finale où 40 000 spectateurs avait poussé durant toute la rencontre les joueurs équato-guinéens. Depuis, le pays se passionne pour "sa" CAN 2015. Toutes les rencontres sont rediffusées en boucle à la télévision, et dans le service public équato guinéen le travail s’arrête à 14 heures les jours de match. Et comme face à la Tunisie, où le pays hôte avait égalisé dans les dernières secondes sur un penalty imaginaire, le public devrait jouer son rôle de douzième homme et peser de tout son poids sur les débats face à la Tunisie. 

Javier Balboa, la star

La Guinée équatoriale ne compte aucune star d’envergure dans son effectif. Aucun joueur qui n’évolue dans un grand club européen, mais au contraire une large partie de son effectif qui joue dans des clubs de seconde ou troisième division espagnole. Mais le Nzalang nacional s’est trouvé son héros : Javier Balboa. Déjà auteur de trois buts dans le tournoi, l’attaquant de 29 ans est la nouvelle star de la Guinée équatoriale et la coqueluche du public local qui scande régulièrement son nom. En quarts de finale, il a éliminé à lui seul ou presque – l’arbitre lui a tout de même accordé un penalty imaginaire – la Tunisie en inscrivant un doublé, dont un coup-franc merveilleux dans les prolongations. La CAN 2015 a fait de joueur méconnu, il évolue au club de Beira-Mar, en D1 portugaise, une star.

>> À lire aussi : Emilio Nsue, le héros de la Guinée équatoriale

Felipe Ovono, la surprise

La Guinée équatoriale n’a encaissé qu’un but lors du premier tour de cette CAN 2015, puis un autre face à la Tunisie en quarts de finale. C’est la meilleure défense du tournoi. Une performance qui doit beaucoup à Felipe Ovono, le gardien du Nzalang et l’une des révélations de ce début de tournoi. Inconnu du grand public avant le début de la compétition, Felipe Ovono évolue dans le modeste championnat local au Deportivo Mongomo. "Mes coéquipiers me demandent: «Comment ça se fait qu’avec les arrêts que tu fais, tu joues encore dans ce championnat?», raconte-t-il. Je leur réponds que c’est parce qu’aucun entraîneur ne vient observer le championnat, parce qu’il n’est pas assez bien organisé". Depuis le début du tournoi, il multiplie en tout cas les prouesses dans ses cages. Avant les demi-finales, Felipe Ovono avait déjà réalisé 17 arrêts, plus que tout autre gardien de la CAN 2015.

>> Suivez toute l’actualité de la CAN sur notre page spéciale

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte