Sport

CAN 2015 : Wilfried Bony emmène la Côte d’Ivoire en demi-finale

| Écrit par Camille Belsoeur
La joie du banc ivoirien sur l'ouverture du score de Bony.

La joie du banc ivoirien sur l'ouverture du score de Bony. © Photo AP

Les Élephants ont éliminé l’Algérie, favori du tournoi, dans le choc de ces quarts de finale (3-1). Wilfried Bony, auteur d’un doublé, est l’homme providentiel de la Côte d’Ivoire, qui retrouvera la RD Congo en demi-finale.

Depuis le début de la CAN, Wilfried Bony n’avait pas encore justifié son nouveau statut de joueur africain le plus cher de l’histoire. Mais l’ex-attaquant de Swansea (Premier League anglaise), recruté pour environ 40 millions par Manchester City lors du mercato en janvier, n’était pas qu’un gros chèque. Chez les Elephants, il est également présenté comme le successeur de l’immense Didier Drogba, en retraite internationale. Alors, la pression était peut-être trop grande pour Bony à l’entame du tournoi. Le costume de sauveur du peuple ivoirien, trop large pour ses épaules. Il lui a aussi fallu digérer ce montant de 40 millions d’euros.

>> À lire aussi : Le Ghana met fin au miracle guinéen

Mais l’adage dit que "les grands joueurs se révèlent lors des grands matchs". Wilfried Bony a répondu au rendez-vous pour ce premier défi de taille sur la route de la Côte d’Ivoire dans cette CAN 2015 : une finale avant l’heure face à l’Algérie pour se tailler une chemin vers les demi-finales. Une Algérie huitième de finaliste de la Coupe du monde 2014 et favori de la compétition en Guinée équatoriale avec ses stars Yacine Brahimi, Sofiane Feghouli ou Islam Slimani. Mais face à des Ivoiriens bien organisés, évoluant en contre, les Fennecs se sont cassés les dents sur la pelouse de Malabo. Aucun adage ne dit qu’il faut la sagesse de l’Elephant pour aller loin dans une CAN, mais pour la cinquième fois lors de six dernières éditions la Côte d’Ivoire est dans le dernier carré du tournoi. Une expérience des matchs couperets qui fait encore défaut à l’Algérie, revenue au premier plan en juin dernier seulement.

Le doublé de Bony

Dans une première mi-temps dominée par l’Algérie, autant pour la possession de balle qu’aux nombres d’occasions, c’est Wilfried Bony qui a mis les Ivoiriens sur la bonne voie en ouvrant sur le score sur un centre parfait de Max-Alain Gradel, d’une tête toute en touché (1-0, 26e). Mais l’Algérie, dans la lignée de ce qu’elle avait montré face à l’Afrique du Sud lors de son dernier match de poule, ne baissait pas le pied et égalisait en début de deuxième mi-temps grâce à Soudani à la conclusion d’un mouvement initié par Mahrez (1-1, 51e).

>> À lire aussi : La Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un match au parfum de polémique

Pour débloquer la situation dans ce choc de haut-niveau, il fallait un homme capable de faire la différence. Et c’est Wilfried Bony qui s’est taillé un rôle de héros en redonnant l’avantage à la Côte d’Ivoire à la 69e minute (2-1), encore d’un coup de tête mais cette fois sur un coup-franc de Yaya Touré. Dès lors, la Côte d’Ivoire, en confiance et récompensée dans sa stratégie de laisser venir l’Algérie pour mieux la contrer, mettait le pied sur l’accélérateur, avec notamment un Serey Dié qui s’appuyait sur ses jambes de feu pour mettre le désordre au milieu de terrain. Et alors que l’Algérie se ruait à l’offensive en fin de rencontre et faisait le siège de la cage de Gbohouo, c’est Gervinho qui sur un ultime contre à offert la victoire et la qualification aux siens (3-1, 93e).

>> Suivez toute l’actualité de la CAN 2015 sur notre page spéciale

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte