Économie

Cyclope Afrique 2016 : le regain des matières premières sera lent

| Par
Mis à jour le 05 juillet 2016 à 16h58
Au sud du Sahara, la croissance des pays exportateurs de pétrole devrait passer de 5,9 % en 2014 à 3,5 % en 2015.

Au sud du Sahara, la croissance des pays exportateurs de pétrole devrait passer de 5,9 % en 2014 à 3,5 % en 2015. © Antonin Borgeaud /J.A.

Le célèbre rapport Cyclope, référence mondiale des matières premières, publie une édition dédiée au continent africain. Une première, réalisée en partenariat avec le think tank du producteur de phosphates marocain OCP.

Enfin un « Cyclope » Afrique ! Depuis trente ans, la « bible » des matières premières analysait les cours et les stratégies des producteurs de tout ce qui se commercialise sur le globe, sous la direction de Philippe Chalmin, professeur à l’Université Paris-Dauphine.

Une version anglaise puis une chinoise avaient été rajoutées, mais le continent africain riche de produits de base ne bénéficiait pas d’un traitement spécifique. Peut-être, comme l’a souligné le fondateur de Cyclope, parce que « les matières premières sont importantes pour l’Afrique, mais pas l’Afrique pour les matières premières ».

La solide croissance moyenne africaine depuis une quinzaine d’années oblige toutefois, aujourd’hui, à une analyse plus fine du pétrole nigérian, du phosphate marocain, du coton burkinabè, des diamants du Botswana ou des fèves de cacao ivoiriennes.

Une première édition

Avec l’appui de l’OCP Policy Center, le think tank fondé par le producteur de phosphates marocain OCP, il a été décidé de consacrer 344 pages aux produits de base qu’exporte l’Afrique pour le meilleur de sa croissance et parfois pour le pire de sa gouvernance.

Sous la responsabilité de Philippe Chalmin et d’Yves Jégourel, maître de conférences à l’université de Bordeaux, on retrouve dans « L’Afrique et les marchés mondiaux de matières premières » les analyses de la conjoncture mondiale du Cyclope originel et les raisons de la violente chute des prix des matières premières depuis 2014 : séquelles de la crise des subprimes de 2008, modération de la demande qu’elles ont provoquée, ralentissement chinois, surinvestissements miniers et spéculation des investisseurs.

Cyclope rappelle que les Africains devraient prendre leurs distances avec la rente des matières premières.

Phase de retour à la normale

Outre sa gratuité ( www.ocppc.ma ), l’originalité du Cyclope Afrique tient dans les prévisions de ses auteurs.

« Nous sommes dans une phase de retour à la normale », juge Philippe Chalmin, « mais cela risque d’être long et les producteurs devront faire preuve de résilience pour affronter des cours durablement bas ! »

Cyclope prévoit que les seuls produits dont les prix annuels moyens progresseront en 2016 sont le sucre (+16 %), le riz (+8 %), le cacao (+2 %) et le coton (+1 %). Tous les autres produits baisseront avec en queue de peloton le minerai de fer (-28 %), le tourteau de soja (-26 %), les fèves de soja (-25 %) et le pétrole Brent (-20 %).

Découvrez ci-dessous les prévisions d’évolution des prix des matières premières en 2016

(Si vous consultez cet article depuis notre application mobile, veuillez cliquer ici pour voir l’infographie.)

Pour affronter cette conjoncture morose, Cyclope rappelle que les Africains devraient prendre leurs distances avec la rente des matières premières.

La première solution archi-connue est la transformation sur place de ces produits.

Plus originale est la suggestion de Cyclope que les pays africains se vendent entre eux de plus grandes quantités de leurs produits, afin de se préserver un peu des hoquets conjoncturels venus d’ailleurs.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer