Archives

Gabon : l’Union nationale, principal parti d’opposition dissous en 2011, est à nouveau autorisé

André Mba Obame lors d'une visite à Jeune Afrique, le 14 septembre 2010 à Paris. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

L'Union nationale, le principal parti d'opposition d'André Mba Obame, dissous en 2011, a été de nouveau autorisé au Gabon.

À moins de deux ans de l’élection présidentielle de 2016, "le parti politique Union nationale est réhabilité et autorisé à exercer ses activités sur l’ensemble du territoire national", a déclaré mercredi 4 février le ministre gabonais de l’Intérieur Guy-Bertrand Mapangou dans un communiqué.

Dissolution de l’Union nationale en 2011

La formation politique avait été dissoute le 26 janvier 2011. Les membres du parti étaient accusés d’avoir "violé gravement la Constitution" et commis "un crime de haute trahison puni par la loi" après que leur leader, André Mba Obame, se soit autoproclamé chef d’État.

Le président Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo lors de la présidentielle controversée de 2009, avait ouvert la porte à la réhabilitation du parti dans son discours à la nation le 31 décembre dernier. "Le Législateur a pris une disposition légale interdisant aux dirigeants d’un parti politique dissous, de devenir à nouveau responsables dans une autre formation politique. Le garant politique de la Constitution que je suis, assimile cette interdiction à une mesure permanente. Ce qui s’apparente, à mes yeux, à une restriction de cette liberté fondamentale d’existence des partis politiques" a-t-il déclaré.

L’Union nationale se préparera pour la présidentielle de 2016

Cette décision permettra à l’Union nationale de présenter des candidats et de faire campagne lors de la présidentielle de 2016.

Cependant, le fondateur et secrétaire exécutif du parti, André Mba Obame, est actuellement en exil à Niamey. L’homme de 57 ans est physiquement diminué par les conséquences d’une grave maladie. Il n’est plus réapparu en public depuis des mois.

>> Pour aller plus loin : André Mba Obame ne répond plus

Son directeur de campagne en 2009 et lieutenant, Mike Jocktane, se réjouit que "justice soit enfin rendue". La décision d’interdire le parti en 2011 était "arbitraire et illégale", clame-t-il. Un congrès sera organisé dans les prochaines semaines pour "redistribuer les rôles", poursuit-il, ce qui laisse présager de nouvelles têtes à la direction de l’Union nationale.

L’Union nationale a été créée en 2010 par l’union de trois partis d’opposition : l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement, le Mouvement africain pour le développement et le Rassemblement national des Républicains.

Situation politique tendue au Gabon

La période préelectorale s’annonce de plus en plus tendue au Gabon. Le pouvoir gabonais et l’opposition ne parviennent pas à dialoguer, notamment au sujet du président, Ali Bongo Ondimba. La situation s’est evenimée depuis la parution du livre de Pierre Péan, Nouvelles affaires africaines, qui conteste la filiation et la nationalité gabonaise du chef d’État. Le 20 décembre dernier, une manifestation a dégénéré à Libreville faisant au moins un mort. L’ONU a récemment appelé au dialogue national au Gabon.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte