Société

CAN 2015 : Le Ghana écrase la Guinée équatoriale et s’offre une finale

Par - Camille Belsoeur
Mis à jour le 5 février 2015 à 22:21

Le Ghana des frères Ayew, tous les deux buteurs sur la pelouse de Malabo, a largement dominé la Guinée équatoriale qui a affiché ses limites en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations (3-0). La rencontre a été interrompue près d’une demi-heure à cause d’incidents en tribunes en deuxième période.

C’est peut-être lui le futur "meilleur joueur du tournoi". Le Ghanéen André Ayew, capitaine et âme des Black Stars, a inscrit le but du break définitif sur un centre parfait de Kwesi Appiah (3-0, 74e). Encore excellent sur la pelouse de Malabo jeudi soir, lors de la deuxième demi-finale de la CAN 2015 qui a vu le Ghana dominer facilement la Guinée équatoriale (3-0), André Ayew a mené les siens vers la victoire.

>> Lire aussi : La demi-finale entre le Ghana et la Guinée équatoriale interrompue à cause d’incidents

Présents pour la cinquième fois consécutive dans le dernier carré de la compétition, les Black Stars ont cette fois passé le cut des demi-finales pour s’offrir un choc face à la Côte d’Ivoire en finale. L’affiche s’annonce grandiose entre deux équipes aux caractéristiques et aux parcours assez proches dans cette CAN, avec un premier tour difficile puis des matchs à élimination directe parfaitement maîtrisés.

Un match sous tension extrême

Au coup d’envoi de cette demi-finale entre la Guinée équatoriale et le Ghana, l’arbitre gabonais Eric Otogo-Castane était au centre de tous les regards. Après la grosse polémique concernant l’arbitrage en faveur du pays hôte face à la Tunisie en quarts de finale dont un penalty imaginaire accordé dans le temps additionnel, chaque coup de sifflet, chaque décision arbitrale serait forcément scrutée. Dans un match très tendu, l’arbitre gabonais ne s’est pas beaucoup trompé tout en prenant des décisions – très – difficiles. Comme à la 42e, où il siffle un penalty pour les Ghanéens pour une faute indéniable du gardien équato-guinéen Felipe Ovono en retard dans sa sortie dans les pieds d’Appiah. Jordan Ayew transformait le penalty sans trembler (1-0, 42e). Dans un match haché de fautes, Mr Otogo-Castane distribuait également les cartons jaunes pour garder le contrôle de la rencontre.

>> Lire aussi : Le Ghana rêve d’un nouveau sacre

Après le second but du Ghana, dans les minutes suivantes, sur un contre éclair lancé par André Ayew et conclu par Mubarak Wakaso sur une passe parfaite de Christian Atsu (2-0, 45e), les 15 000 supporters équato-guinéens rugissent de colère et les bouteilles en plastique pleuvent sur la pelouse. L’atmosphère est tendue également au retour des vestiaires à la fin de la pause. Les Ghanéens rejoignent le terrain après les joueurs équato-guinéens pour éviter toute altercation et l’arbitre est obligé de retarder le coup d’envoi de la deuxième période à cause de nouveaux jets de projectiles sur le terrain. Les choses ont empiré après le troisième but ghanéen. Les fans ghanéens présents dans les tribunes ont été victimes de projectiles obligeant l’arbitre à arrêter la rencontre pendant de longues minutes. Image choc, des hélicoptères de combat ont survolé les gradins pour éparpiller la foule et des policiers ont lancé des grenades lacrymogènes par dizaines. La rencontre a repris après 30 minutes d’interruption et l’arbitre n’est pas allé au bout des 90 minutes du temps réglementaire.

Le Ghana a été parfait

Les Black Stars ont parfaitement assumé leur statut de grand favori face au pays hôte. Dans un contexte forcément difficile, ils ont maîtrisé la furia rouge dans la première demi-heure où les joueurs équato-guinéens ont tout donné sans parvenir à se créer de véritables occasions de but. Et dès que les coéquipiers de Javier Balboa ont baissé de rythme, le Ghana a appuyé sur l’accélérateur pour faire très mal à son adversaire sur des contres en profitant de sa supériorité technique et physique.

>> Suivez toute l’actualité de la CAN 2015 sur notre page spéciale