Économie

Danone et Mars lancent un fonds de 120 millions d’euros pour l’agriculture familiale

Deux géants de l’agroalimentaire, l’américain Mars et le français Danone, viennent de lancer un fonds d’appui à l’agriculture familiale dans les pays en développement. Opéré par la structure d’investissement Livelihoods, ce fonds entend investir 120 millions d’euros au cours des dix prochaines années. 

Mis à jour le 5 février 2015 à 13:12

Un premier fonds Livelihoods lancé par Danone en 2011 a investi dans trois projets en Afrique. © Thierry Gouegnon/Reuters

Les deux géants de l’agroalimentaire l’américain Mars et le français Danone ont lancé le mercredi 04 février à Paris un fonds en faveur de l’agriculture familiale dans les pays en développement, qui sera opéré par la structure d’investissement Livelihoods

« Il y a 500 millions de petits paysans dans le monde, mais cette agriculture familiale est confrontée à une dégradation des ressources naturelles qui lui permettent de produire. L’objectif de ce fonds est donc d’aider des milliers d’agriculteurs à augmenter la production tout en cultivant de manière durable », a déclaré lors de la présentation du projet Bernard Giraud, président de Livelihoods Venture, la société de service française chargée de sa mise en oeuvre.

Un premier fonds Livelihoods focalisé sur la réduction des émissions carbone a été lancé par Danone en 2011. Toujours en activité, cette structure de 40 millions d’euros a réuni une dizaine d’entreprises (Hermès, La Poste, Crédit Agricole, Schneider Electric) et investi dans sept projets en Afrique (qui a accueilli trois de ces initiatives), en Asie et en Amérique Latine.

>>> Francesco Pierri : « Aujourd’hui même les bailleurs internationaux soutiennent l’agriculture familiale »

Crédits carbone

Ce nouveau fonds Livelihoods 3F (pour « Fund for Family Farming ») veut, sur un modèle similaire, investir 120 millions d’euros (le montant initial réuni par Mars et Danone n’a pas été communiqué) dans les 10 prochaines années avec l’aide d’autres entreprises partenaires, appelées à rejoindre le projet.

Le groupe Mars exploite autant de terres que n’en recouvre toute la Belgique, utilise autant d’eau pour l’irrigation que n’en consomme la Libye et émet autant de gaz à effet de serre que le Kenya

Le fonds apportera de l’argent aux ONG locales, chargées de mener directement des projets auprès des paysans, espérant toucher ainsi 200 000 exploitations sur plusieurs continents. Le retour sur investissement, indirect, viendra notamment des crédits carbone obtenus à travers ces projets.

Chaîne d’approvisionnement

Pour Danone et Mars (Uncle Ben’s, Milkiway, Pedigree, Freedent) l’objectif de ce fonds « impact » s’inscrit à la fois dans une vision commune de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises et dans la sécurisation de leur chaîne d’approvisionnement, très dépendante des matières premières agricoles.

« Les terres que nous exploitons représentent la surface de la Belgique, nous utilisons autant d’eau pour l’irrigation que n’en consomme la Libye et nos émissions de gaz à effet de serre sont aussi importantes que celles du Kenya », a ainsi souligné le directeur du développement durable de Mars Barry Parkin, lors de la présentation au ministère des affaires étrangères, en présence du président du conseil d’administration de Danone Franck Riboud et de la présidente du conseil d’administration de Mars, Victoria Mars.

Danone, qui réalise 1,2 milliard d’euros de chiffre d’affaires en Afrique, a récemment investi dans plusieurs entreprises agroalimentaires sur le continent, en prenant notamment 49% des parts de FanMilk, premier fabricant et distributeur de produits laitiers glacés et de jus en Afrique de l’Ouest.

>>> Lire aussi – Agro-alimentaire : la recette de Danone pour conquérir l’Afrique subsaharienne