Sécurité

Libye : lourd tribut des loyalistes dans des combats contre Daesh à Syrte

Les forces gouvernementales libyennes prennent position à Syrte, le 11 juin 2016 pour combattre les jihadistes de l'EI. © Mahmad Turkia/AFP

Une source médicale a indiqué mardi qu'au moins 34 membres des forces loyalistes ont été tués dans des combats avec les jihadistes du groupe État islamique (EI) à Syrte (centre-nord). Alors que dans l'est du pays, 29 personnes ont été tuées dans l'explosion d'un dépôt d'armes.

Assiégés depuis le centre de leur fief de Syrte, des combattants du groupe État islamique (EI) continuent de résister à l’offensive des forces du gouvernement d’union nationale (GNA). Selon une source médicale, l’armée loyaliste a même connu, mardi 21 juin, la journée la plus sanglante depuis qu’elle tente de reprendre la ville aux jihadistes : 34 soldats ont été tués et 100 autres blessés.

De violents combats ont ainsi eu lieu à Syrte, à 450 km de la capitale Tripoli, selon le commandement militaire du GNA. « Nos forces avancent de toutes parts contre les positions des jihadistes, appuyées par l’artillerie lourde et l’armée de l’air », a-t-il toutefois assuré.

L’offensive enclenché le 12 mai a permis en effet aux forces pro-GNA de reprendre plusieurs localités et positions occupées par l’EI sur leur chemin depuis la ville de Misrata, siège du commandement de l’opération militaire, jusqu’à Syrte où elles ont pu entrer le 9 juin avant d’y encercler les jihadistes dans une zone résidentielle de 5 km carrés.

Bataille décisive

Les forces loyalistes ont également fait état de « dizaines de morts parmi les jihadistes ». « Les [combattants] de Daesh sont assiégés dans un secteur restreint de Syrte et nos forces ont déjoué toutes leurs tentatives » de desserrer l’étau, selon le commandement militaire.

Ce dernier a en outre annoncé sur sa page Facebook préparer une « bataille décisive » pour en finir avec l’EI à Syrte, sans fournir de détails.

Mais les forces pro-GNA ont été ralenties ces derniers jours dans leur progression à Syrte par les contre-offensives de l’EI. Dans la zone résidentielle où ils se barricadent, les jihadistes se cachent dans les maisons, ont des francs-tireurs sur les toits et ont recours aux kamikazes pour faire face à leurs adversaires.

Explosion dans un dépôt d’armes à l’Est

Ailleurs dans le pays plongé dans la tourmente, 29 personnes ont été tuées et des dizaines blessées dans l’explosion d’un dépôt d’armes dans la ville de Garaboulli, à 70 km à l’est de Tripoli, à la suite d’affrontements entre habitants armés et miliciens, selon des autorités locales.

« Des hommes armés parmi les habitants ont pris d’assaut un dépôt d’armes qui appartient à une milice de Misrata mais qui est active dans la région. Une grande explosion s’est produite. Les causes exactes ne sont pas connues mais il est probable que la milice à laquelle appartient le dépôt l’a piégé avant de partir », a indiqué un responsable de la sécurité.

Avant l’explosion, les habitants armés de la ville avaient attaqué des barrages de contrôle des miliciens de Misrata après que ceux-ci ont pillé un magasin de produits alimentaires. Des affrontements ont alors éclaté et ont duré toute la journée, a-t-il ajouté.

En soirée, les autorités ont appelé « au calme et à la retenue » et dénoncé les agissements de la milice.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte