Justice

Kenya : huit parlementaires inculpés pour discours de haine et incitation à la violence

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 17 juin 2016 à 18h07
Une manifestation de l’opposition en mai 2016 à Nairobi au Kenya.

Une manifestation de l'opposition en mai 2016 à Nairobi au Kenya. © Carl De Souza / AFP

Huit parlementaires kényans ont été inculpés vendredi par un tribunal de Nairobi pour avoir proféré des discours de haine et incité leurs partisans à la violence. Un comportement susceptible d’attiser les tensions ethniques et politiques à un an des élections.

Poursuivis par le tribunal de Milimani, dans le centre de la capitale, les huit parlementaires – trois députés de la coalition au pouvoir, Jubilée, ainsi que quatre députés et un sénateur de la coalition de l’opposition – ont été remis en liberté conditionnelle le 17 juin.

Contre l’avis du parquet qui craignait qu’une fois libres, les prévenus ne soient tentés de commettre à nouveau le même délit, le juge Daniel Ogembo a accepté les demandes de leurs avocats, faisant toutefois valoir la gravité des faits. 

Chefs d’accusation

Arrêtés suite aux manifestations de l’opposition qui se sont multipliées ces dernières semaines pour demander la dissolution de la Commission électorale, considérée comme favorable au président Kenyatta, les huit parlementaires nient tous les accusations portées à leur encontre.

Du côté de Jubilee, la coalition au pouvoir, les députés Kuria, Waititu, Ngunjir sont de fervents soutiens au président Kenyatta et sont membres de son ethnie, les Kikuyu. Les deux premiers sont accusés d’avoir proféré en public des menaces de mort à l’encontre de Raila Odinga, chef de file de l’opposition et qui appartient à l’ethnie Luo. Le troisième est lui accusé d’avoir appelé les Luo de la ville de Nakuru (centre-ouest) à retourner dans l’ouest du Kenya, leur terre d’origine.

Du côté de Cord,  la coalition de l’opposition, les parlementaires Mohamed, Muthama et Mutua sont accusés d’avoir incité la population à pénétrer de force dans le quartier général de la police, tandis que Bosire et Jumwa auraient prédit le chaos et la violence en raison de l’incapacité, selon eux, du président Kenyatta à unir le pays.

Précédentes poursuites pour des faits similaires

Les députés de Jubilee Kuria et Waititu avaient déjà fait déjà l’objet de procédures judiciaires pour des faits de nature similaire. C’est d’ailleurs à contre-cœur que le juge a accepté leur remise en liberté conditionnelle, a-t-il précisé. Leur caution a donc été fixée à 2 millions de shillings (17 300 euros), assortie d’une provision de 5 millions (43 200 euros).

Une somme nettement supérieure à celle imposée aux six autres parlementaires qui ont dû s’acquitter d’une caution de 300 000 shillings (2 600 euros), la provision étant fixée à 1 million (8 700 euros).

Tensions politiques et interethniques

Des diplomates et observateurs craignent que les tensions politiques et ethniques, déjà élevées dans le pays, ne s’exacerbent d’ici les élections d’août 2017. Les violences postélectorales de 2007, opposant principalement les Kikuyu aux Luo et aux Kalenjin avaient fait plus de 1100 morts. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte