Économie

Exim Bank of India s’installe à Abidjan pour renforcer les échanges ivoiro-indiens

Le président indien Pranab Mukherjee a été reçu par son homologue ivoirien Alassane OUattara, le 14 juin 2016, à Abidjan. © Diomandé Bleblondé/AP/SIPA

En visite officielle en Côte d'Ivoire, le président indien Pranab Mukherjee a inauguré le siège ivoirien de la banque d'import-export Exim Bank of India. Objectif : renforcer la position de New Dehli dans le commerce et les investissements en Côte d'Ivoire, alors que la Chine multiplie les prêts et les projets dans le pays ouest-africain.

Export-Import Bank of India (Exim Bank of India) vient d’ouvrir un bureau régional à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Exim Bank of India dispose déjà de bureaux à Johannesburg (Afrique du Sud) et à Addis Abeba (Éthiopie). Un bureau ouvert à Dakar (Sénégal) début 2008 semble avoir cessé ses activités depuis 2014.

« C’est un endroit idéal pour saisir les grandes opportunités d’investissements », ont expliqué les officiels indiens présents lors de cette cérémonie, réalisée en marge de la visite d’État des 14 et 15 juin de Pranab Mukherjee, le président de la république de l’Inde.

Yaduvendra Mathur, le PDG d’Exim Bank of China, a fait le déplacement à Abidjan pour installer Pushpesh Tyagi qui dirigera le bureau ivoirien de l’institution de financement du commerce extérieur indien.

Échanges commerciaux

L’ouverture du bureau d’Abidjan vise à intensifier le partenariat économique et financier entre la Côte d’Ivoire et l’Inde. S’ils ont fortement augmenté au cours des dernières années – passant de 221 milliards de F CFA (337 millions d’euros) en 2010 à 513 milliards de F CFA en 2013 – les échanges commerciaux entre les deux pays restent fortement dominés par les produits agricoles ivoiriens, et les équipements médicaux et pharmaceutiques indiens.

New Delhi se retrouve encore quelques pas derrière la Chine : fin 2014, le commerce indo-ivoirien a atteint 830 millions d’euros, contre 843 millions d’euros d’échanges ivoiro-chinois [PDF]. À l’inverse des échanges avec la Chine, la balance commerciale entre la Côte d’Ivoire et l’Inde reste équilibrée.

En matière d’investissements, Pékin frappe nettement plus fort. Les engagements de Exim Bank of India en Côte d’Ivoire, depuis 2011, sont estimés à un peu plus de 500 millions de dollars notamment  les secteurs de l’agriculture, les technologies de l’information et de la communication (TIC), l’industrie pharmaceutique, l’électricité et le transport).

Les engagements de China EximBank dans le pays atteignent eux plus de trois milliards de dollars.

Accords de financements

New Delhi entend bien accélérer la cadence. Outre l’inauguration de son bureau à Abidjan, Exim Bank of India entend ouvrir une ligne de crédit de 176,3 millions de dollars pour le financement de projets publics, notamment dans la construction et les TIC, a annoncé le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, cité par l’agence Reuters.

Les discussions durant la visite du président indien ont également porté sur la noix de cajou, matière première dont la Côte d’Ivoire se revendique le premier producteur mondial depuis l’an dernier devant l’Inde, qui souhaite s’approvisionner massivement dans le pays.

Protocoles d’accords

Enfin, un forum économique ivoiro-indien s’est tenu le 15 juin, dernier jour de la visite du président Pranab Mukherjee, avec 300 participants dont 150 entrepreneurs ivoiriens et une quarantaine d’hommes d’affaires indiens. Durant cette rencontre,  des protocoles d’accords ont été signés, d’une part entre la Société des transports abidjanais (Sotra – Publique) et la compagnie indienne Tata pour l’acquisition de 500 autobus, et, d’autre part, entre le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (Cepici) et la Confédération des industries indiennes (CII).

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte