Société

Tunisie : annonce choc du lutteur Slim Trabelsi, qui se retire des JO 2016

Dénonçant un manque de sérieux et de soutient de la part de la fédération tunisienne de lutte, le lutteur tunisien Slim Trabelsi, qui devait représenter son pays aux Jeux Olympiques de Rio 2016, a déclaré jeter l’éponge.

Par
Mis à jour le 14 juin 2016 à 17:49

Combat de lutte durant les Jeux Olympiques de Londres en 2012. © Paul Sancya/AP/SIPA

Slim Trabelsi (120 kg), qui s’était qualifié en avril pour le tournoi olympique 2016, avait annoncé le 10 juin lors de l’émission sportive « Stade Attounssia » qu’il avait quitté le stage de préparation de la sélection nationale en Pologne pour se rendre en France, où il compte s’établir, et qu’il renonçait à participer aux JO. Il a justifié sa décision par « des difficultés au niveau de la programmation de la préparation et des circonstances personnelles ».

« Désolé ma Tunisie »

Dans une vidéo partagée le lendemain sur son profil Facebook, il dénonce le fait que la fédération a « fait passer ses intérêts avant ceux des lutteurs », qu’il n’y ait pas de vrais préparatifs pour les JO, une mauvaise organisation ainsi qu’une prise en charge financière trop faible. Il appelle également ses coéquipiers à s’exprimer et à lever le voile sur les problèmes qui rongent la fédération et le sport, tout en remerciant les personnes qui le soutiennent.

Quelques jours plus tôt, il avait publié une photo avec le statut « Désolé ma Tunisie, je suis vraiment désolé », qui avait suscité plusieurs messages d’encouragement, certains déplorant une « grande perte » pour le pays.

Réunion de crise

« Je suis déçu de la décision de l’athlète Trabelsi de quitter son stage de préparation », a déclaré à l’agence TAP Mehrez Bousayane, président du Comité national olympique tunisien (CNOT), qualifiant son comportement d’ « irresponsable ». « Outre le premier budget alloué à la phase de préparation pour les JO 2016 une rallonge budgétaire a été décidée pour tous les athlètes qualifiés pour les jeux pour les aider à bien préparer cette importante échéance olympique », a-t-il précisé.

De leur côté, Maher Ben Dhia, ministre de la jeunesse et des sports, et Ferjani Rhouma, président de la fédération tunisienne de lutte, se sont réunis le lundi 13 juin pour examiner le dossier de Slim Trabelsi. Réunion à l’issue de laquelle ils ont convenu de faire leur possible pour convaincre le lutteur de revenir sur sa décision et de reprendre la préparation pour les Jeux Olympiques, tout en maintenant la prime qui lui est accordée dans le cadre du budget alloué au programme de préparation olympique.

Les deux hommes ont également évoqué, selon l’agence TAP, l’encadrement nécessaire à apporter aux sportifs, notamment ceux issus de familles en difficultés, tout en envisageant la possibilité de relever la prime allouée aux sportifs de haut niveau.