Société

Côte d’Ivoire : le procès de Simone Gbagbo suspendu jusqu’au lundi 20 juin

La défense de Simone Gbagbo a obtenu lundi le report au 20 juin du procès de l’ancienne première dame ivoirienne, jugée depuis le 31 mai à Abidjan pour crime contre des prisonniers de guerre et crime contre l’humanité.

Mis à jour le 13 juin 2016 à 17:25

Simone Gbagbo lors d’un rassemblement pro-Gbagbo en janvier 2011. © Rebecca Blackwell /AP/SIPA

« Nous avions demandé un report d’au moins une semaine pour pouvoir examiner les pièces produites par le parquet général dont nous ne disposions pas », a expliqué lundi 13 juin Maître Rodrigue Dadje, l’un des avocats de Simone Gbagbo contacté par Jeune Afrique.

Deux chefs d’accusation

Plus d’un an après sa première condamnation à 20 ans de réclusion pour « attentat à l’autorité de l’État, participation à un mouvement insurrectionnel et trouble à l’ordre public », le second procès de l’ancienne première dame ivoirienne s’est ouvert le 31 mai devant la Cour d’assises d’Abidjan. Selon l’arrêt d’accusation, elle comparaît cette fois-ci pour faits de « crime contre les prisonniers de guerre et crime contre l’humanité ».

Un procès « politique », a dénoncé Simone Gbagbo le 1er juin, affirmant par ailleurs avoir été victime d’une « tentative de viol » lors de son arrestation en 2011.