Défense

Niger : le Parlement approuve à l’unanimité l’envoi de troupes contre Boko Haram

L'Assemblée nationale du Niger, à Niamey. © AFP

Le Parlement nigérien a approuvé lundi soir, à l'unanimité, l'envoi de troupes au Nigeria dans le cadre de la force multinationale de lutte contre Boko Haram.

L’Assemblée nationale nigérienne a voté lundi 9 janvier, à l’unanimité, la résolution autorisant l’État à envoyer des troupes dans la force multinationale amenée à être déployée dans le bassin du Lac Tchad contre Boko Haram. "La résolution a été votée de façon unanime : les 102 députés présents l’ont votée favorablement", a indiqué Mohamed Ben Omar, le quatrième vice-président de l’Assemblée et élu de la majorité présidentielle.

>> Lire aussi Nigeria et Niger, deux démocraties à l’épreuve de Boko Haram

Ce feu vert autorise le Niger à envoyer quelque 750 hommes au Nigeria pour combattre Boko Haram. Selon un élu, le vote s’est tenu vers 23h00, heure locale (22h00 GMT), après plus de deux heures de débats à huis clos en raison du caractère sécuritaire très sensible du sujet.

Le Niger, jusqu’alors épargné par les violences des islamistes nigérians, fait, depuis jeudi et l’annonce de ce vote à l’Assemblée nationale, l’objet d’attaques répétées sur son territoire. Le président du Parlement, Amadou Salifou, a souligné dans l’après-midi, lors de l’ouverture du débat parlementaire, que le vote se déroulait alors que les bombes tombent sur Diffa, dans le sud-est du pays, à la frontière avec le Nigeria.

"Aujourd’hui, Boko Haram est devenu un monstre"

Boko Haram a mené quatre attaques en autant de jours dans cette zone. La dernière en date, une explosion dans un marché de Diffa lundi, a fait au moins un mort et une quinzaine de blessés. "Cela fait plusieurs années que Boko Haram est présent. Aujourd’hui, Boko Haram est devenu un monstre. Il faut bien que quelque part on s’organise pour arrêter effectivement cette menace", a affirmé dans l’après-midi le président nigérien, Mahamadou Issoufou, à la base de cette résolution parlementaire.

Le Tchad, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Bénin se sont mis d’accord samedi pour engager 8 700 hommes – soit 1 200 de plus qu’initialement annoncé – dans une force multinationale contre Boko Haram, alors que le Tchad a déjà lancé ses troupes dans la bataille dans le nord-est du Nigeria.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte