Tourisme

L’Algérie veut attirer les touristes étrangers en facilitant l’obtention des visas

Vue de la passerelle Sidi M'Sid sur la gorge du Rhummel à Constantine, en Algérie. Photo prise le 09 mars 2013. © Mariusz Kluzniak/Flickr/Licence Creative Commons

Une série de mesures ont été prises par le gouvernement algérien dans le but d’attirer les étrangers et développer le tourisme.

« Ces facilités et mesures incitatives se résument notamment en l’organisation du transport et des espaces d’accueil et tout ce qui a trait à l’obtention du visa afin de promouvoir la destination touristique Algérie et relancer le secteur en tant que ressource hors hydrocarbures », a expliqué le jeudi 09 juin, le ministre algérien du Tourisme et des Transports Amar Ghoul [remplacé depuis, lors du remaniement du samedi 11 juin], à l’occasion d’une tournée d’inspection de projets sous la houlette de son ministère.

La difficulté des procédures administratives et le faible développement des infrastructures d’accueil freinent la croissance du secteur touristique en Algérie.

Le pays occupe l’un des derniers rangs en Afrique du Nord en termes de compétitivité de son secteur touristique dans le rapport Travel & Tourism Competitiveness Report, publié en mai 2015 par le Word Economic Forum.

En 2014, le pays a accueilli 2,3 millions de touristes, selon les statistiques de la Banque mondiale, contre 10,28 millions de touristes au Maroc, 9,63 millions en Égypte et 6 millions en Tunisie. Les recettes touristiques de l’Algérie ont atteint 347 millions de dollars en 2014, contre plus de 8 milliards de dollars au Maroc, selon la même source.

Faire de l’Algérie un « pôle touristique »

Outre la facilitation des démarches administratives, les autorités algériennes ont conclu des partenariats avec plusieurs États, pour accueillir des groupes de touristes du Japon, de Chine, ou encore de pays d’Europe de l’est, d’Amérique latine et du Golfe.

Le ministère du Tourisme a également annoncé, le 09 juin, qu’un projet de partenariat pour la création de circuits touristiques avec le Portugal ainis que la Communauté autonome
des îles Baléares (en Espagne) et la Croatie. Ce partenarit devrait être bientôt concrétisé afin de diversifier le tourisme maritime en Algérie.

Grand chantier dans le secteur touristique

Le gouvernement se félicite pourtant des « indicateurs positifs » constatés, notamment « une augmentation importante » du nombre de touristes étrangers dans les régions du sud du pays, comme Ghardaïa, Biskra, El Oued, Adrar et Bechar, sans oublier les villes du littoral.

Pour la capitale, le gouvernement prévoit de nouveaux travaux d’emménagement de la baie d’Alger : la construction de plusieurs ports est prévue afin de faciliter le transport et du tourisme maritimes autour de la capitale. Un projet que le gouvernement a déjà entamé à Ain Benian avec la ligne du port El Djamila.

D’après les autorités algériennes, « la capitale connaîtra un saut qualitatif en termes de capacité d’accueil », grâce à la construction d’hôtels et autres complexes touristiques. Une fois ces projets menés à bien, le secteur hôtelier dans la capitale passera de 19 000 à 50 000 lits d’ici à 2017, selon le gouvernement algérien.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte