Économie

Le FMI décaisse 30 millions de dollars pour le Mali

Ce décaissement, approuvé le 08 juin, porte à 58 millions de dollars le financement apporté par le Fonds monétaire international au Mali, dans le cadre d’une facilité de crédit instaurée en décembre 2013. Cet accord a été prorogé jusqu’à décembre 2017.

Par
Mis à jour le 10 juin 2016 à 16:14

Quartier Faso Kanu de la ville de Bamako (Mali). Le 11 mars 2014. © Emmanuel Daou Bakary pour Jeune Afrique

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international a approuvé le mercredi 08 juin à Washington un décaissement de 29,1 millions de dollars en faveur du Mali, annonce l’institution multilatérale dans un communiqué.

Ce versement porte à 41 millions de DTS (environ 58,1 millions de dollars) le total des décaissements du FMI au Mali au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) accordée au pays sahélien par l’institution multilatérale, en décembre 2013.

La FEC est une aide accordée aux pays confrontés à des difficultés prolongées de balance des paiements. Elle consiste en un prêt au taux de 0 % (jusqu’à fin 2016), avec un différé d’amortissement de cinq ans et demi et une échéance maximale de dix ans.

Son décaissement est réalisé par tranches, en fonction de la réalisation de réformes macroéconomiques négociées entre le FMI et le pays récipiendaire.

Suspension et rétablissement

La Facilité élargie de crédit accordée fin 2013 au Mali, pour une durée de trois ans, portait au départ sur 30 millions de droits de tirage spéciaux (46 millions de dollars au taux en vigueur à l’époque), en appui à un programme économique « visant à soutenir la croissance, à maintenir la viabilité des finances publiques et à réduire la pauvreté ».

Le Fonds avait suspendu les décaissements mi-2014, inquiet des conditions de l’acquisition d’un avion présidentiel et d’un contrat de fournitures militaires.

Le versement a repris en décembre 2014, suite à une réforme du Code des marchés publics et à la publication d’audits indépendants sur les manquements aux règlements dans la conclusion de ces contrats.

Prorogation de l’aide

Durant sa réunion du 08 juin, le conseil d’administration du FMI a approuvé le décaissement de la nouvelle tranche de l’aide suite à la cinquième revue de la performance du mali dans le cadre de la FEC.

Les administrateurs du Fonds ont également approuvé, à la demande des autorités maliennes, la prorogation d’un an de la FEC jusqu’au 17 décembre 2017 et une augmentation des ressources disponibles à 60 millions de DTS, ce qui amène le montant total de l’accord à 98 millions de DTS (environ 138,8 millions de dollars).

« Les autorités maliennes continuent de faire des progrès dans la mise en œuvre de leur programme économique. La croissance est robuste et l’inflation reste faible, même si les conditions en matière de sécurité continuent de poser des difficultés », a déclaré dans un communiqué le Chinois Min Zhu, directeur général adjoint du FMI. L’institution multilatérale table sur une croissance de +5 % au Mali en 2016 et +5,2 % en 2017, pour une inflation de l’ordre de 1 % et 1,3 % respectivement.

Recommandations

Le responsable du FMI a toutefois exhorté Bamako à plus d’effort « pour soutenir la discipline budgétaire », à travers notamment la mise en oeuvre complète du compte unique du Trésor, l’amélioration de la situation financière de la compagnie nationale électrique.

L’économiste chinois a également plaidé pour que « continent les efforts pour remédier aux faiblesses du secteur financier », en particulier en ce qui concerne le « renforcement du bilan de la Banque de l’habitat restructurée, la réforme du secteur de la micro-finance, la modernisation du cadre de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ».