Économie

Maroc : la BAD apporte près de 90 millions d’euros pour l’alimentation en eau potable

La Banque africaine de développement (BAD) a accordé un prêt de 88,85 millions d’euros au Maroc pour financer un vaste projet d’amélioration de la qualité et du service de l’eau potable.

Mis à jour le 10 juin 2016 à 17:01

Vue de la tour de prise d’eau du barrage de Sidi Mohamed Ben Abdellah, une des pièces maîtresses du « système de Bouregreg », dans le nord-ouest du Maroc. © http://www.onep.ma/

Dans un communiqué publié le 08 juin, la Banque africaine de développement a annoncé l’approbation d’un prêt de 88,85 millions d’euros pour le financement d’un projet visant, d’une part, à renforcer et à sécuriser l’approvisionnement en eau potable de plusieurs agglomérations dans le nord-ouest du Maroc, et, d’autre part, à améliorer la qualité de l’eau traitée par le « système de Bouregreg », qui alimente notamment les villes de Rabat et Casablanca, capitales politique et économique du Maroc.

Le projet financé par la BAD, « permettra de satisfaire les besoins en eau potable et en eau industrielle jusqu’à 2030 de la zone la plus peuplée et la plus urbanisée du pays (plus de 5 millions d’habitants) et qui connaît un essor économique, touristique et industriel très important (environ 60 % du parc industriel national) », explique l’institution panafricaine dans son communiqué.

Les populations vivant en zones péri-urbaines et dans les zones rurales avoisinantes devraient également bénéficier des retombées de ce programme, à travers un accès renforcé à l’eau potable.

La BAD, premier bailleur de fonds dans le secteur de l’eau potable au Maroc

Ce prêt est la 13e opération de la BAD dans le domaine de l’eau potable et de l’assainissement au Maroc depuis les années 1970, pour un engagement total de d’environ 1,1 milliard d’euros, « ce qui place la Banque africaine de développement comme premier partenaire du royaume du Maroc » dans ce domaine, se félicite l’institution financière.

Parmi les précédentes opérations de la BAD figurent des financements pour la mise en place de systèmes d’assainissement dans les villes telles que Kénitra (nord-ouest) et Chefchaouen (nord), Settat (centre-ouest) et Azilal (centre).

La BAD a également accompagné les volets eau et assainissement de l’ambitieux projet touristique « plan Azur » au niveau des villes côtières d’Essaouira et d’El Jadida (centre-ouest).

Engagements actuels

Début avril, le portefeuille de la BAD au Maroc, représentaient 29 opérations en cours pour 1,53 milliard d’euros d’engagements cumulés, notamment dans les infrastructures ferroviaires, les énergies renouvelables et l’agriculture.