Politique

Niger : le gouvernement annonce une triple offensive pour « prendre en tenaille » Boko Haram

Le ministre nigérien de la Défense, Hassoumi Massaoudou, est revenu jeudi sur la situation à la frontière nigériane, où Boko Haram a attaqué Bosso il y a une semaine. Il a annoncé que le Niger et le Tchad préparait une vaste offensive contre les islamistes.

Par
Mis à jour le 10 juin 2016 à 11:12

Hassoumi Massaoudou, ministre de l’Intérieur nigérien. © AFP

Le Niger et le Tchad vont lancer, en coordination avec le Nigeria et le Cameroun, une contre-offensive « dans les plus brefs délais » pour prendre « en tenaille » Boko Haram, a annoncé jeudi 9 juin le ministre nigérien de la Défense, Hassoumi Massaoudou. Un contingent de 2 000 soldats tchadiens fait actuellement mouvement vers le Niger dans le cadre de cette offensive.

« Nous préparons dans les plus brefs délais avec le Tchad une opération d’intervention au nord Nigeria, ça se prépare et ça s’accélère », a affirmé le ministre lors d’une conférence de presse à Niamey. Les soldats tchadiens « arriveront au Niger dans les plus brefs délais. Nous sommes vulnérables en restant statiques », a-t-il estimé.

En outre, selon Hassoumi Massaoudou, des hélicoptères nigériens et des Sukhoï tchadiens bombardent depuis quelques jours les positions de Boko Haram.

Une triple offensive

L’opération se fera à partir du sud-est du Niger, sous le commandement de la Force multinationale mixte dirigée par le général nigérian Lamidi Adeosun. Le Niger et le Tchad « engageront immédiatement » leurs troupes. Le Nigeria lancera un mouvement à partir du sud de son territoire et « le Cameroun avancera de côté ». L’objectif est « de prendre en tenaille » Boko Haram, a détaillé le ministre.

« Notre objectif, c’est que nos forces soient de l’autre côté de la frontière (…) ; l’intérêt stratégique c’est d’occuper le nord du Nigeria pour protéger nos frontières », a-t-il poursuivi, tout en assurant que « l’autorisation d’occuper » cette zone était « acquise depuis longtemps » auprès de Abuja.

En mars 2015, les armées du Tchad et du Niger avaient déjà mené une offensive d’envergure sur le sol nigérian et étaient parvenus à chasser les combattants de Boko Haram de plusieurs de leur fiefs, dont Malam Fatori et Damasack. Mais, après le départ des militaires, Boko Haram a réoccupé ses deux anciens bastions. « Ces localités ne sont pas encore occupées par nos troupes », mais elles sont « sous surveillance quotidienne », avait déclaré fin avril le général Adeosun.