Société

Pendant le ramadan, la Tunisie fait la chasse à l’absentéisme dans la fonction publique

Opération inspection. Depuis le début du ramadan, deux campagnes ont été lancées pour pister les fonctionnaires tunisiens nonchalants ou carrément absents.

Par
Mis à jour le 10 juin 2016 à 15:12

Deux campagnes ont été lancées pour contrôler les administrations tunisiennes. © Flickr/Christian Schnettelker

Corruption, absences, lenteurs, impolitesses… Depuis plusieurs mois, des vidéos et photos postées sur les réseaux sociaux par des Tunisiens mécontents pointent du doigt ce qu’ils dénoncent comme une régression administrative. Et le ramadan ne fait pas exception. Comme chaque année, les horaires de travail du secteur public ont été réaménagés pour le mois saint, les services administratifs étant généralement tenus de travailler du lundi au jeudi de 8h à 15h et le vendredi  de 8h à 12h. Or plusieurs personnes ou établissements ne respecteraient pas ces horaires, à en croire l’organisation I Watch, qui œuvre depuis 2011 à garantir la transparence dans la vie publique et économique tunisiennes.

  • Campagne citoyenne : L’heure, c’est l’heure

En ce début de ramadan, l’ONG I Watch a lancé la campagne « #Jayinkom » (« on arrive », en dialecte tunisien) pour veiller au respect des horaires administratifs et « sensibiliser les citoyens au contrôle de l’administration publique pour faciliter la gestion des affaires administratives et préserver les deniers publics ».

Pour pister tout écart ou non-respect de ces horaires, les internautes sont donc invités à poster des photos pour preuves. Montre au poignet et smartphone à la main, la traque aux absentéistes est lancée. Celle des fonctionnaires présents sans vraiment être là, que le ministre de la Fonction publique Kamel Ayadi surnomme les « présentéistes », aussi.

Dans un communiqué publié le 7 juin, le ministère des Affaires sociales a néanmoins tenu à préciser que concernant certaines administrations comme la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM), ce sont les guichets qui ferment à 13h mais l’administration, elle, reste ouverte. Le lendemain, un autre ministère en a rajouté une couche en annonçant le lancement d’une campagne nationale de lutte contre l’absentéisme des fonctionnaires.

  • Campagne gouvernementale de lutte contre l’absentéisme

Le 8 juin, le ministère de la fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption a donné le coup d’envoi de sa campagne de lutte contre l’absentéisme dans les administrations publiques.

Dans le cadre d’un large programme de réforme administrative, les administrations de la capitale et des régions seront contrôlées de façon continue et inopinée (à différentes heures de la journée) pendant la durée du ramadan par une vingtaine de contrôleurs assermentés, a déclaré le ministre Kamel Ayadi sur la radio tunisienne Express FM. Il a notamment expliqué cette décision par le fait que l’absentéisme des agents et fonctionnaires coûte 2,7 millions de jours de travail par an à l’État.