Agroalimentaire

Caoutchouc : Wara maintient la note d’investissement de l’ivoirien SAPH

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 08 juin 2016 à 17h27
Un ouvrier agricole procède à la saignée des hévéas, le 06 octobre 2007 dans une plantation du village d'Allokoi à 5 km d'Abidjan, en Côte d'Ivoire.

Un ouvrier agricole procède à la saignée des hévéas, le 06 octobre 2007 dans une plantation du village d'Allokoi à 5 km d'Abidjan, en Côte d'Ivoire. © Olivier pour Jeune Afrique

Malgré le recul de son chiffre d’affaires en 2015, l’agence West Africa Rating Agency (WARA) a maintenu la note « BBB » du producteur ivoirien de caoutchouc naturel, en raison notamment de « sa position dominante sur son marché et de sa maîtrise de la chaîne de valeur dans le secteur ».

Dans un communiqué publié le mardi 07 juin, l’agence de notation ouest-africaine WARA a confirmé les notes de la Société africaine de plantations d’hévéas (SAPH), une des entreprises du groupe agro-industriel ivoirien Sifca.

SAPH conserve sa note de long terme « BBB » (qui entre dans la catégorie des notes dites d’investissement) et celle de court-terme « w-4 », avec des perspectives stables. Grâce à sa note d’investissement, SAPH peut émettre des emprunts sans garants à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), où elle est cotée depuis 1994.

SAPH est une filiale à 68 % de la Société internationale de plantations d’hévéas (SIPH), cotée à Paris et détenue elle-même à 55,6 % par Sifca.

Impact négatif de la baisse du prix du caoutchouc

Pour l’agence de notation fondée par l’entrepreneur sénégalais Seydina Tandian, la note de SAPH tient compte de « l’impact négatif de la forte baisse des cours du caoutchouc naturel sur la rentabilité de SAPH ».

Le chiffre d’affaires de l’entreprise a nettement reculé au cours des dernières années, passant de 173 milliards de F CFA (263,73 millions d’euros) en 2012 à 155,62 milliards de F CFA en 2013, puis à 99,61 milliards en 2014 et 97,45 milliards en 2015.

Sur la même période, SAPH est passé d’un bénéfice net de 21 milliards de F CFA, en 2012, à une perte de -1,78 milliards de F CFA, l’an dernier.

À l’actif de SAPH, WARA inscrit la position dominante du producteur ivoirien (36 % de part de marché) ainsi que sa maîtrise de la chaîne de valeur dans le secteur du caoutchouc naturel. L’agence de notation met également en exergue les relations fortes de SAPH avec son actionnaire stratégique Michelin (9,98 %) et avec les sociétés holding SIPH et Sifca.

Perspectives

Parmi les facteurs pouvant amener à une hausse de la note de l’entreprise ivoirienne figurent, selon WARA, une remontée durable des cours du caoutchouc naturel et l’aboutissement du projet de plantation de palmiers à huile, « ce qui permettrait à la société d’amorcer une étape cruciale de sa diversification ».

En revanche, une nouvelle crise politique ou sanitaire en Côte d’Ivoire, la perte de parts de marché et l’apparition de nouvelles maladies impactant la productivité des hévéas pourraient amener l’agence à revoir sa notation à la baisse.

SAPH produit plus de 99 000 tonnes de caoutchouc usinées par an et emploie 6 000 personnes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte