Société

Tunisie : Sfax, capitale de la culture arabe 2016, annonce les festivités

La ville de Sfax a inauguré jeudi la campagne promotionnelle pour le grand événement « Sfax, capitale de la culture arabe 2016 », dévoilant une partie de la programmation ainsi que le budget attribué aux festivités.

Par
Mis à jour le 7 juin 2016 à 11:04

La médina de Sfax. © Wikimedia Commons/Dennis Jarvis

Après Constantine, en Algérie, c’est au tour de la ville tunisienne de Sfax de briller par son aura culturelle. En attendant le coup d’envoi officiel qui sera donné le 23 juillet, la campagne promotionnelle de l’événement « Sfax, capitale de la culture arabe 2016 » a débuté le 2 juin en présence de Sonia M’barek, ministre tunisienne de la Culture. Au programme : une centaine de manifestations culturelles ainsi que plusieurs projets de valorisation et de restauration du gouvernorat, qui fêtera aussi le 60e anniversaire de sa création (le 21 juin 1956).

30 millions de dinars pour un événement symbolique et historique

Le budget total alloué à cet événement, est estimé à 30 millions de dinars a annoncé Houda Kchaou, coordinatrice principale de la manifestation, dans une déclaration à l’agence de presse tunisienne TAP. Il couvrira la réalisation de projets d’infrastructure tels que l’électrification du fort de la vieille Médina , la restauration de l’école bicentenaire Hussaynide et de l’ancien caravansérail Fondouk el-Haddadine ainsi que la transformation de l’édifice de l’église en bibliothèque numérique. La corniche Chott el-Krekna sera également réaménagée pour y construire un complexe culturel et sportif, en plus d’une vaste place pour les arts de la rue, un café culturel, des restaurants et une bibliothèque pour enfants sur un chalutier de pêche.

« Les festivités ne seront pas limitées à la ville de Sfax, mais s’ouvriront sur toutes les régions du pays », a souligné Houda Kchaou, estimant que « les activités de création culturelle toucheront les intellectuels mais aussi toutes les catégories sociales. » L’occasion de rappeler l’article 42 de la Constitution tunisienne, « qui garantit le droit à la culture pour chaque citoyen tunisien ». L’objectif de cet événement, à la fois symbolique et historique, est aussi de promouvoir le tourisme et encourager l’investissement dans le pays.

La Poste tunisienne a elle aussi tenu à montrer son soutien en émettant trois timbres spéciaux :

Un avant-goût du programme

«L’événement verra l’organisation de plus de 113 manifestations culturelles, en plus de la valorisation de plus de 23 festivals régionaux et internationaux », a déclaré Houda Kchaou. Les organisateurs de la manifestation « Sfax, Capitale de la Culture arabe » ambitionnent de rompre avec l’image qui prévaut sur la culture, pour s’ouvrir davantage sur les régions délaissées du gouvernorat et associer tous les habitants à l’action culturelle.

Lassaad Zouari, coordinateur artistique, promet la participation d’une « centaine d’invités d’honneur parmi les artistes et créateurs arabes » aux différents spectacles de musique, de cinéma et de théâtre. Deux conférences seront également organisées par la Ligue des États arabes : une sur les « politiques de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion dans les pays arabes », et une autre sur l’adaptation de la langue arabe aux modes d’écriture contemporaines.

L’ancien comité exécutif de la manifestation avait présenté sa démission fin avril sur fond de divergence des points de vue. Une démission qui se voulait être « un cri d’alarme » contre « une multiplication d’interférences » et un manque d’appui gouvernemental, a fait savoir Samir Sellami, ex-président du comité. Cette décision a conduit à la nomination le 4 mai dernier de nouveaux membres et à l’annonce d’un budget supplémentaire alloué par le gouvernement, afin d’organiser au mieux cet événement qui rayonne au-delà des frontières tunisiennes.