Société

Algérie : l’ampleur de la fraude au baccalauréat vire au scandale national

Nouria Benghabrit, ministre algérienne de l'éducation nationale © Capture d'écran/YouToube

En Algérie, les fuites des sujets du baccalauréat sur les réseaux sociaux suscitent colère et indignation. Trente et une personnes, soupçonnées d'être derrière ces fraudes, ont été interpellées par la police. Face aux nombreux appels à l'invalidation des examens, le gouvernement reste ferme.

En Algérie, les fuites des sujets des examens du Baccalauréat, qui ont eu lieu du 30 mai au 2 juin, ont pris une dimension politique. Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé, jeudi 2 juin, que 31 personnes soupçonnées d’avoir publié certains sujets sur les réseaux sociaux la veille des examens ont été retrouvés par la police et qu’une femme a été placée sous contrôle judiciaire. Détectées grâce à leurs adresses IP, les suspects doivent se soumettre à l’enquête qui tentera de vérifier leur implication dans la fraude massive que le pays a connu lors de ces examens.

Certains sujets, notamment ceux des sciences naturelles, d’histoire-géographie, de langue française et de sciences islamiques, ont été diffusés sur Facebook bien avant la distribution officielle des copies dans les salles d’examen, rapporte la presse algérienne, jetant le discrédit sur des examens que la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Bengharbit, voulait pourtant crédibles et équitables entre tous les candidats.

C’est la pagaille ! 

Sur Facebook, une page à l’intitulé subversif « Urgent baccalauréat annulé » a ajouté à la confusion générale, acculant l’Office national des examens et concours (ONEC) à démentir catégoriquement tout projet d’annulation.  Les enseignants, les parents d’élèves et les syndicats du secteur crient au scandale, appelant à ce que les fraudeurs soient durement sanctionnés.

La ministre, Nouria Bengharbit, qui avait pourtant durci le contrôle dans les salles d’examen s’est trouvé au coeur des critiques de ses adversaires islamo-conservateurs dont elle est la cible depuis qu’elle a ouvert le débat, en août dernier, sur la réforme du système éducatif en évoquant l’introduction de la darija.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte