Religion

Big bang papal

Par

Fouad Laroui est écrivain.

Ce n’est pas tous les jours qu’on chante les louanges du souverain pontife dans cette page. Et pourtant je vais le faire aujourd’hui car le pape François vient de m’époustoufler.

Bien sûr, depuis qu’il a été élu, il n’a pas cessé de faire des déclarations émouvantes sur la solidarité avec les pauvres, sur la paix, sur l’amour, etc., mais bon, tout cela est normal quand on est le vicaire du Christ. Les responsables de la communauté musulmane de Buenos Aires avaient accueilli avec enthousiasme l’élection de celui qui s’appelait alors Jorge Mario Bergoglio. Ils avaient indiqué que l’évêque était un fervent partisan du dialogue entre les religions. C’est bien, ça. Mais encore une fois, ce n’est pas extraordinaire.

>> Lire aussi : pape François : révolution au Vatican…

Moins banale est la chose suivante : au cours d’un discours à l’Académie pontificale des sciences, le pape François a affirmé croire à l’évolution des espèces et au big bang. Belle gifle pour les andouilles de tout poil (et de toute religion) qui ont l’impudence de contester Darwin sans en avoir lu une seule ligne. Le pape a poursuivi en soulignant que ces deux concepts ne contredisent pas l’existence d’un créateur, mais qu’au contraire ils la requièrent. On croirait entendre Ibn Roshd, à l’époque où l’islam était intelligent. Bravo, François ! Ho hé, Al-Azhar, vous entendez ? Hé ho, l’ayatollah ! Tu piges ?

Mais ce n’est pas pour cela qu’on donne ici un coup de chapeau à Sa Sainteté. Je disais donc que le pape venait de m’époustoufler. Voici pourquoi. Dans l’avion qui le ramenait d’une visite aux Philippines, il a dit textuellement :

– J’ai demandé à une femme qui voulait avoir son huitième enfant : voulez-vous donc faire sept orphelins ? Il ne faut pas que les catholiques procréent comme des lapins ! Elle m’a dit : j’ai confiance en Dieu. Je lui ai répondu : Dieu t’a donné un cerveau pour que tu te prennes en charge !

C’est beau, c’est clair, c’est judicieux. Merci, François ! On peut enfin dire, sous l’autorité du pape, donc sans risquer de se faire insulter ou censurer : "Chrétiens du Nigeria, du Mexique et d’ailleurs : cessez de détruire la Terre en vous multipliant comme des lapins !" Vous me dites, outrés :

– Et les musulmans ? Eux aussi font dans la lapinerie. Eux aussi foutent en l’air la planète !

C’est exact. Mais j’ai la solution. Kamal Atatürk a aboli le califat islamique en 1924 : le poste est donc vacant (comptons pour rien le fada de Raqqa). Je propose la mesure la plus audacieuse et la plus spectaculaire qui soit : proclamons le pape François notre nouveau calife ! D’un coup d’un seul, les catholiques et les musulmans deviendraient frères et seraient sous l’autorité d’un homme intelligent et responsable ! Hein ? Serait-ce pas beau, un tel geste ? N’est-ce pas la réponse adéquate aux récents événements de Paris ? Vive le pape-calife François !

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte