Économie

Restauration : le chinois HNA veut racheter Servair, filiale d’Air France

Le groupe chinois HNA est entré en négociations exclusives pour racheter Servair, la filiale d’Air France Servair, qui assure des services de restauration aérienne et de catering dans une vingtaine de pays africains.

Mis à jour le 31 mai 2016 à 17:06

Chargement dʼun vol par Servair Sénégal à lʼaéroport Leopold Sedar Senghor à Dakar, le 30 juin 2009. © Philippe Bauduin/Servair

Le géant chinois du transport aérien, du tourisme et de l’hôtellerie HNA Group est en voie de réaliser un nouveau grand pas en Afrique.

Dans un communiqué publié le lundi 30 mai, la compagnie Air France a indiqué être entrée « en négociations exclusives avec HNA pour la cession de 49,99 % de Servair et le transfert de son contrôle opérationnel, pour une valeur d’entreprise de 475 millions d’euros (sur une base de 100 %), dans l’objectif de créer le leader mondial de la restauration aérienne ».

Servair est spécialisée dans le catering et la restauration aérienne.

Ce projet d’acquisition intervient, en fait, au profit du groupe suisse Gategroup Holding (ex-Gate Gourmet) que le conglomérat chinois est en train de racheter. Le droit suisse interdit à une entreprise helvète de lancer une acquisition lorsqu’elle fait elle-même l’objet d’une offre de rachat. « Sous réserve de l’acquisition de Gategroup par HNA, Air France et HNA ambitionnent de créer le groupe leader dans la restauration aérienne en s’appuyant sur le patrimoine, l’expertise et le réseau des deux sociétés », explique Air France dans son communiqué.

Air France détient aujourd’hui environ 97 % de Servair.

En prenant le contrôle de Servair, HNA Group mettra la main sur une entreprise très active sur le continent depuis 1989 et qui y compte une vingtaine de filiales à travers 16 pays, principalement en Afrique francophone (Maroc, Côte d’Ivoire, Sénégal, Cameroun, Gabon, Seychelles et Congo-Brazzaville), mais aussi au Nigeria, au Kenya et au Ghana.

Une implantation complémentaire à  celle de Categroup, absent de la restauration aérienne en Afrique, et plutôt implanté en Europe germanophone, au Royaume-Uni, en Europe du Nord, sur le continent américain et dans la zone Asie-Pacifique.

« L’association de Servair et Gategroup conduirait à créer une offre sans précédent avec plus de 200 sites et 39 000 collaborateurs pour la satisfaction de plus de 300 compagnies aériennes clientes », résume Air France dans son communiqué.

Le rachat de Servair serait la deuxième incursion de HNA Group (25,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires) en Afrique, à travers la reprise d’entreprises actives dans la région. En avril dernier, le groupe chinois a annoncé avoir trouvé un accord pour le rachat du groupe belgo-américain Carlson Rezidor Hotel Group, qui gère une trentaine d’hôtels en Afrique, sous les marques Radisson Blu et Park Inn.

Servair s’est renforcé en Afrique

Ces dernières années, Servair a vu ses positions contestées sur ses marchés traditionnels, en Europe occidentale notamment. Elle est passée entre 2014 et 2015 du 3e au 4e rang mondial de la restauration à bord, malgré un chiffre d’affaires en progression à 792 millions d’euros (723 millions d’euros en 2014).

Le groupe a toutefois renforcé ses positions sur le continent. Servair revendique le rang de « premier caterer aérien africain en nombre d’escales » et plus de 3 250 salariés dans la région (soit un tiers de l’ensemble de ses effectifs). Au cours des dernières années, la filiale d’Air France a accentué sa présence en Afrique, en ouvrant des filiales congolaises et nigérianes en 2012, puis avec Atlas Servair au Maroc en 2014.

Au cours des derniers mois, outre la prise de contrôle de Servair Lomé, l’entreprise s’est lancée dans la restauration rapide avec l’ouverture de Burger King à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Sa filiale locale, Servair Abidjan, a vu sa note d’investissement (« BBB+ »), confirmée le 20 mai dernier par l’agence de notation ouest-africain WARA, reflet de ses « perspectives de croissance très encourageantes, en raison de l’amélioration du contexte économique et politique ivoirien, lequel favorise le décollage du trafic aérien ».

Concurrence

Sur le marché africain de la restauration aérien et du catering, Servair fait face notamment à la concurrence de son compatriote Newrest. Sur le continent, le groupe basé à Toulouse, dans le sud-ouest de l’Hexagone, est actif à la fois dans la restauration aérienne et ferroviaire, la fourniture des plateformes des compagnies extractives ainsi que dans la restauration collective.

Newrest est présent dans vingt pays africains. Parmi ses récentes acquisitions figurent celle d’Atasa au Maroc et de First Catering, installé au Ghana, en Zambie et en Afrique du Sud.

Le groupe français a réalisé un chiffre d’affaires de 200,8 millions d’euros (190,2 en 2013/2014) en Afrique, pour un chiffre d’affaires global de 1,495 milliards d’euros (945,9 millions d’euros en résultats consolidés).