Économie

Finance : Bidcorp coté à Johannesburg et valorisé à 5 milliards d’euros

La division spécialisée dans la restauration du conglomérat sud-africain Bidvest (industrie, pharmacie, automobile et transport) a été introduite à la Bourse de Johannesburg (JSE) le 30 mai à 270 rands l’action, valorisant Bidcorp à 90 milliards de rands (5,15 milliards d’euros). C’est la plus importante opération du genre en Afrique du Sud depuis 2009.

Mis à jour le 31 mai 2016 à 17:50

Bidcorp fournit ses services de restauration des pubs australiens aux restaurants latino-américains, des prisons et des cantines scolaires britanniques aux hôtels chinois. © Bidvest Slovakia/Youtube

Le géant sud-africain Bidvest Group (205 milliards de rands de chiffre d’affaires en 2015 – environ 12,16 milliards d’euros) a introduit à la Bourse de Johannesbourg (JSE) sa branche restauration Bid Corporation (Bidcorp) le lundi 30 mai.

L’opération a consisté en la distribution en nature aux actionnaires de Bidvest d’un nombre proportionnel d’actions de la nouvelle structure Bidcorp, introduite dans la foulée au JSE. Cette IPO a été réalisée au cours de 270 rands par action, valorisant Bidcorp à 90 milliards de rands, soit environ 5,15 milliards d’euros.

C’est la deuxième plus grosse introduction boursière à Johannesburg depuis la cotation de l’opérateur télécoms Vodacom en 2009.

Métamorphose

Cette opération reflète « l’évolution de Bidvest en, d’une part, un grand groupe industriel diversifié et, d’autre part, un opérateur mondial de la restauration », soit deux structures « avec des axes stratégiques divergents nécessitant des compétences managériales différentes », expliquait en avril dernier [PDF] le colosse de Johannesburg, fondé et dirigé par l’entrepreneur sud-africain Brian Joffe.

De fait, au fil des ans et des acquisitions réalisées sous l’égide de Brian Joffe, l’ADN et l’empreinte géographique du conglomérat fondé en 1988, se sont progressivement métamorphosés.

L’orientation de ce qui est désormais Bidcorp est solidement internationale. La structure, qui emploie 24 000 salariés, fournit principalement ses services de restauration hors du marché sud-africain : des pubs australiens aux restaurants latino-américains, des prisons et des cantines scolaires britanniques aux hôtels chinois. Environ 95 % de son chiffre d’affaires (117 milliards de rands en 2015, 6,94 milliard d’euros) a été réalisé en dehors de l’Afrique australe.

Le reste des activités de Bidvest Group est plus centré sur la pointe sud du continent. Et plus diversifié. Ce pôle, qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 93 milliards de rands), emploie 117 000 salariés dans une large variété de secteurs : du matériel électrique au transport automobile et au fret maritime, de la pêche à la production pharmaceutique (à travers sa participation dans Adcock Ingram) et au transport aérien (participation dans la compagnie sud-africain Comair).

Deux structures plus agiles

En séparant ces deux pôles, le conglomérat sud-africain assure que chacun d’entre eux « aura une masse critique avec un bilan suffisant pour réaliser ses ambitions », tout en restant « suffisamment grand pour peser, mais assez petit pour être agile et profiter des opportunités ».

Les deux structures ont connu hier des trajectoires drastiquement opposées à la Bourse de Johannesburg.

Depuis son introduction, le titre de BiD Corporation LTD a progressé de +12,59 % pour atteindre 304 rands, en fin de clôture, valorisant la nouvelle structure à près de 102 milliards de rands (5,83 milliards d’euros) en clôture de cession.

Bidvest, a contrario, a vu le cours de son titre fondre de deux tiers, passant de plus de 370 rands à 122 rands en une séance, la valorisation de cette entreprise chutant à 40 milliards de rands.

Pour autant, la séparation de ces deux entités semble déjà réussir à leurs actionnaires : leur capitalisation combinée a atteint 142 milliards de rands lundi, contre 124 milliards de rands vendredi, avant le listing séparé de Bidcorp.

Actionnariat

Les principaux actionnaires de Bidvest (et par conséquent de Bidcorp) sont des fonds communs de placement et des fonds de pension (environ 30 % pour chacun de ses groupes), le reste du capital revient à d’autres fonds gérés (10 %), des fonds souverains (7,95 %), des compagnies d’assurances (3,3 %) et des investisseurs privés (6,39 %).

Fin février (derniers chiffres publics), les plus gros actionnaires individuels [PDF] de Bidvest étaient le fonds de retraite sud-africain Public Investment Corporation (13,68 %), le gestionnaire d’actifs américain JP Morgan Asset Management (6,15 %) et le britannique Genesis Investment Management LLP (4,58 %), le fonds souverain singapourien GIC Asset Management Pte Limited (3,96 %) et le sud-africain Sanlam Investment Management (3,42 %).