Racisme

Racisme : Jérôme Boateng, footballeur d’origine ghanéenne, cible de la droite populiste en Allemagne

Jérôme Boateng, à la Coupe du monde 2014 au Brésil. © AP/SIPA

À quelques jours du lancement de l’Euro 2016, la sélection d’Allemagne a été une nouvelle fois la cible de la droite populiste dimanche 29 mai. Cette fois, c’est Jérôme Boateng, d’origine ghanéenne, qui en a fait les frais.

Le vice-président du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD, parti eurosceptique et opposé à l’accueil des réfugiés), Alexander Gauland a attaqué, dimanche 29 mai, le défenseur central du Bayern Munich Jérôme Boateng, dans une interview accordée à l’édition dominicale du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. « Les gens l’apprécient en tant que footballeur. Mais ils ne veulent pas avoir Boateng comme voisin », a-t-il affirmé.

La polémique a rapidement enflé, même si Alexander Gauland a assuré à la presse allemande qu’il n’avait pas « insulté » Boateng mais avait seulement décrit « le comportement de certaines personnes ». Ses propos ont immédiatement provoqué l’indignation des autorités, le ministre de la Justice, Heiko Mass, les jugeant « indignes et inacceptables ».

« C’est un joueur exceptionnel et un homme formidable, qui s’engage du reste beaucoup dans la société et constitue pour beaucoup de jeunes un exemple », a quant à lui  déclaré le président de la Fédération allemande de football (DFB), Reinhard Grindel. « Si vous voulez gagner des trophées, vous avez besoin de voisins comme mon frère », a quant à lui réagi Kevin Prince Boateng, international ghanéen et frère du défenseur allemand.

Une polémique de plus

Il faut dire que la sélection allemande et Jérôme Boateng ont déjà été pris pour cible par les mêmes milieux populistes il y a quelques jours. La marque de confiserie Ferrero a en effet lancé pour l’Euro 2016 une édition limitée de ses célèbres bâtonnets chocolatés Kinder, sur lesquels figurent les visages des joueurs de l’équipe nationale étant enfant.

Le mouvement islamophobe allemand des Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident, s’est alors offusqué de l’image de cette équipe multiculturelle, et surtout de Jérôme Boateng et d’Ilkay Gündogan, d’origine turque. « Ils ne reculent devant rien. Peut-on vraiment acheter ça ? Ou c’est une plaisanterie ? », a écrit le mouvement sur sa page Facebook.

La sélection allemande est « l’un des meilleurs exemples d’une intégration réussie. Des millions de personnes en Allemagne sont fières de cette équipe, parce qu’elle est comme elle est », a commenté Reinhard Grindel.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte