Défense

Côte d’Ivoire : selon Bakayoko, les attentats de Bamako, de Ouagadougou et de Grand-Bassam sont liés

| Par et
Façade de l'hôtel Etoile du Sud où se déroula l'attentat de Grand Bassam.

Façade de l'hôtel Etoile du Sud où se déroula l'attentat de Grand Bassam. © Christin Roby/AP/SIPA

L’arrestation jeudi d’un suspect qui aurait conduit un des véhicules ayant servi lors de l’attaque terroriste qui a fait 19 morts, le 13 mars dernier, à Grand-Bassam, semble établir qu’il existe des liens entre les attentats commis au Mali, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

Le ministre ivoirien de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, s’est exprimé au lendemain de l‘arrestation de Ange François Barri Battesti, suspecté d’être l’un des membres du commando et également conducteur du véhicule ayant convoyé les armes lors de l’attaque terroriste du 13 mars 2016 à Grand-Bassam. Contrairement à ce qui avait été initialement indiqué, l’homme de 24 ans « n’est pas Ivoirien mais a vécu longtemps en Côte d’Ivoire », a déclaré vendredi 27 mai Hameed Bakayoko, en marge de la rencontre ministérielle sur la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA.

« Les premiers éléments de son interrogatoire montrent qu’il a été recruté à la frontière algérienne par l’une des pièces des commanditaires », a-t-il poursuivi, précisant que le conducteur du 4×4 était présent à Bamako, Ouagadougou et Abidjan avant les attentats qui ont frappé les trois capitales. Une présence « suspecte, qui montre qu’il y a une connexion », selon le ministre.

Nous avons des noms, des visages, des contacts

Selon lui, « le 4×4 est entré en Côte d’Ivoire, puis au Burkina, six jours avant les attaques de Ouagadougou. Il est revenu en Côte d’Ivoire 15 jours avant les attaques de Grand-Bassam ». Le conducteur avait fait précédemment une déclaration de carte crise dans la ville de Dabou (ouest d’Abidjan), a-t-il précisé.

Le ministre de l’Intérieur s’est montré à la fois confiant et vigilant : « Nous connaissons son trajet, nous avons des noms, des visages, des contacts qui nous permettent d’aller loin pour démanteler les cellules responsables des attaques dans la sous-région », a avancé Bakayoko avant de déclaré que « des terroristes étaient encore présents à Abidjan. Nous sommes en alerte et en vigilance permanentes. »

Carte : le parcours présumé du suspect arrêté

Cliquez sur la flèche pour passer les étapes

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte