Politique

Tunisie : la statue équestre de Bourguiba retrouve le centre de Tunis, après 29 ans d’absence

La statue équestre de Habib Bourguiba, à La Goulette, près de Tunis. © DR

La statue du premier président de la Tunisie Habib Bourguiba a fait lundi son grand retour dans le centre-ville de Tunis, où elle avait été déboulonnée il y a 29 ans par Zine el-Abidine Ben Ali dans la foulée de son coup d’État.

Encore emballé, ce monument montrant le « père de l’indépendance » tunisienne à cheval, le bras levé, a été réinstallé la nuit de lundi 23 à mardi 24 mai devant les locaux du ministère de l’Intérieur, sur l’avenue Bourguiba, théâtre des manifestations de grande ampleur au moment de la révolution de janvier 2011. La statue équestre avait été déplacée au port de La Goulette peu après le coup d’État de Ben Ali contre Bourguiba le 7 novembre 1987.

L’annonce de son retour en centre-ville avait été faite début mars par l’actuelle présidence, sur décision du chef de l’État, Béji Caïd Essebsi. « Elle reviendra à sa place naturelle », avait indiqué le porte-parole de la présidence, Moez Sinaoui.

Avis mitigés

Sur son piédestal tout neuf, Bourguiba ne retrouve toutefois pas précisément son emplacement initial, et devra cohabiter avec un imposant voisin. Après l’avoir un temps envisagé, les autorités ont en effet renoncé à démonter l’horloge géante érigée par Ben Ali en lieu et place de la statue.

L’annonce du retour de ce monument en centre-ville a été très commentée dans les médias, les points de vue étant très partagés. Interrogé lundi par l’AFP, Saadedine, un retraité, s’est félicité de la décision. « On lui [Bourguiba] a rendu sa valeur historique. À l’avenir, il ne faut pas toucher aux symboles de l’histoire », a-t-il déclaré. Mais Mounir, un autre sexagénaire, s’est dit plus sceptique. « C’est un signal de retour en arrière quand nous avons besoin d’élan pour aller vers quelque chose de nouveau », a-t-il jugé. « C’est du gaspillage d’argent », a ajouté Ghassan, 38 ans.

Habib Bourguiba (1903-2000) « est le père de l’indépendance et de la nation. Toutes les nations ont leurs grands hommes », avait de son côté argué, au moment de l’annonce, la présidence.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte