Politique

Tunisie : Ennahdha a ouvert son 10è congrès à Tunis

Rached Ghannouchi, président du mouvement, lors d'une conférence de presse, le 26 mars 2012, à Tunis.

Rached Ghannouchi, président du mouvement, lors d'une conférence de presse, le 26 mars 2012, à Tunis. © NICOLAS FAUQUÉ/WWW.IMAGESDETUNISIE.COM

Tout ce que Tunis compte, ou presque, de personnalités politiques s’est pressé, le 20 mai, à l’ouverture du 10è congrès d’Ennahdha, à Tunis.

La grand-messe du parti doit se conclure aujourd’hui par l’annonce d’une réorientation et la métamorphose du parti islamiste, actuellement majoritaire à l’Assemblée avec 69 sièges, en parti civil et démocratique.

Pour l’occasion, les responsables d’Ennahdha ont vu grand et mobilisé des moyens importants pour présenter sous la coupole de la salle omnisports de Radès (sud de Tunis) un show digne des grandes campagnes électorales. Un événement à la hauteur du poids d’Ennahdha dans le paysage politique tunisien.

La présence de Béji Caïd Essebsi à la cérémonie d’ouverture l’a confirmé : le président de tous les Tunisiens a tenu à féliciter le parti islamiste  de cet aggiornamento dont les grandes lignes ne seront annoncées qu’à l’issue des travaux du Congrès.

Adoption des thèmes chers aux démocrates

Mais la salle chauffée à bloc a surtout été emportée par les propos de Rached Ghannouchi. le fondateur du mouvement, qui a signifié avec une extrême aisance que les débats identitaires et religieux ne devaient plus avoir cours si on voulait mettre en œuvre la réconciliation nationale. Il a renouvelé son soutien au gouvernement et à la coalition gouvernementale et fait siens les thèmes traditionnellement chers aux démocrates : condamnation du terrorisme, préoccupations des Tunisiens en matière de cherté de la vie et de développement, importance de l’éducation, réhabilitation de la formation professionnelle, pacte avec la jeunesse et bronca contre l’administration ainsi que les mouvements sociaux qui ont un impact négatif sur les entreprises publiques.

Pour la séquence émotion, il a choisi dans un tremblement de voix d’évoquer sa mère en rendant hommage à la femme tunisienne et à son rôle déterminant dans le développement du pays.

Un chant de jeunes filles non voilées

Si l’on en croit Ghannouchi, Ennahdha est donc décidée à oublier les différends et à faire la paix avec tous. Elle salue les figures nationales historiques comme Kereddine, Moncef Bey, Abdelaziz Thaalbi, Salah Ben Youssef et Habib Bourguiba mais aussi les martyrs dont Chokri Belaïd, son ancien ennemi juré.

En ouverture, un chœur de jeunes filles non voilées a entamé des chants révolutionnaires et c’est la chanson « Ya Bahri » du chanteur engagé libanais, Marcel Khalifa qui a accompagné le passage où Ghannouchi  comparait la Tunisie à un bateau prêt à larguer les amarres.

Reste maintenant à savoir si ce changement de ramage et de plumage ressemble plus à du maquillage qu’à un profond changement d’idéologie et de stratégie.


 

Le Congrès en chiffres

– 1200 congressistes
– 10 000 repas servis
– 5 traiteurs mobilisés
– Distribution d’une tablette à chaque congressiste
– Mise à contribution de la plupart des agences événementielles
– Couverture de l’événément par Nessma TV

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte