Politique

Égypte : Sissi promet de fournir tous les efforts possibles pour une solution au conflit en Palestine

Le président égyptien a estimé mardi que Palestiniens et Israéliens se trouvaient face à une opportunité réelle pour résoudre leur conflit. Une paix durable qui ouvrirait la voie à un réchauffement des relations entre l’Égypte et Israël.

Par
Mis à jour le 17 mai 2016 à 19:55

Le président égyptien Abdel fattah al-Sissi au Caire, le 17 avril 2016. © Khaled Desouki/AFP

« Il y a une initiative arabe, et il y a actuellement une initiative française, et il y a des efforts américains (…). Beaucoup d’efforts sont fournis pour trouver une solution à cette cause », a déclaré Abdel Fattah al-Sissi lors d’une conférence de presse au Caire, mardi 17 mai. Il a affirmé que l’Égypte était prête à fournir tous les efforts qui peuvent contribuer à trouver une solution au problème.

La France tente actuellement de mettre sur pied une conférence internationale afin de relancer le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens, au point mort depuis l’échec en avril 2014 de la dernière initiative américaine. Prévue initialement fin mai, cette conférence a été reportée à juin pour permettre au secrétaire d’État américain John Kerry d’y assister.

Évoquant l’accord de paix signé par l’Égypte en 1979 avec Israël, Abdel Fattah al-Sissi a estimé que personne à l’époque ne pensait qu’il pourrait y avoir une paix véritable et stable, telle qu’on la voit entre l’Égypte et Israël depuis.

« Une chance fantastique pour un avenir meilleur »

L’Égypte était devenue en 1979 le premier pays arabe – et l’un de deux seuls à ce jour avec la Jordanie – à avoir signé un accord de paix avec Israël. Les relations entre les deux pays restent toutefois un sujet sensible au sein des médias et de l’opinion publique.

« Quelqu’un pourrait dire que cette paix n’est pas très chaleureuse (…) Je leur dis : faites attention, il y aura une paix plus chaleureuse si on réussit à résoudre la question de nos frères palestiniens », a souligné le chef de l’État. « Je dis aux Palestiniens et aux Israéliens qui m’auront écouté : s’il vous plaît, il y a une chance fantastique pour un avenir meilleur, pour une vie meilleure, pour plus d’espoir, pour plus de stabilité, pour une véritable coopération », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a salué ces propos dans un communiqué, affirmant qu’Israël était prêt à coopérer avec l’Égypte et d’autres États arabes pour faire avancer à la fois le processus diplomatique et la stabilité dans la région.