Justice

Togo : levée d’inculpations dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara

| Par - à Lomé
Mis à jour le 13 mai 2016 à 16h41
Le grand marché de Lomé en flammes, le 12 janvier 2013.

Le grand marché de Lomé en flammes, le 12 janvier 2013. © Edmond d'Almeida pour J.A.

Plusieurs inculpations ont été levées mercredi dans l’affaire des incendies des marchés survenus en janvier 2013 à Lomé et Kara. Un détenu a également été libéré.

Vers un dénouement dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara, en janvier 2013 au Togo ? La récente levée des inculpations de certaines  personnalités est en tout cas un grand pas en ce sens.

Aucune communication officielle n’a été faite par les autorités judiciaires sur les mesures notifiées, ou en cours de notification depuis le 11 mai. L’ordonnance du doyen des juges d’instruction a permis à plusieurs inculpés de bénéficier de l’annulation des charges qui pesaient contre eux. Bénéficient de la mesure Suzanne Nukafu, militante de l’Alliance nationale du changement (ANC), les avocats Raphaël Kpandé-Adjaré et Jil-Benoit Afangbedji (qui a confirmé à Jeune Afrique avoir été signifié de cette décision judiciaire). De même, Hervé Senou, militant de l’ANC qui a passé trois ans de détention à la prison civile de Lomé dans le cadre de l’affaire des incendies, est libéré.

Vers un procès ?

D’autres personnalités citées par la presse parmi les bénéficiaires de la mesure ne confirment toutefois pas en avoir reçu la notification. C’est le cas de l’ancien Premier ministre Agbeyomé Kodjo, qui assure à Jeune Afrique « ne rien savoir d’une éventuelle levée d’inculpation ». Impossible également de préciser en l’absence de communiqué officiel, le cas du chef de file de l’opposition Jean-Pierre Fabre et d’autres membres de son parti, à l’instar d’Isabelle Ameganvi et d’Eric Dupuy. L’ANC avait exigé début janvier « la levée de toutes les inculpations » dans le cadre de l’affaire des incendies.

Une source judiciaire indique toutefois que d’autres notifications pourraient intervenir dans les jours à venir, « selon l’état d’avancement de l’instruction ». Un peu plus de trois ans après les incendies « criminels » des marchés de Lomé et de Kara, la procédure semble donc s’accélérer. Un procès devrait s’ouvrir très bientôt, selon la même source judiciaire. Une perspective qui enchante les victimes regroupées au sein de l’Association des sinistrés des marchés du Togo (Assimat), pressées d’obtenir des réponses à leurs interrogations, pour enfin tourner la page.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte