Banque

Finance : le nigérian UBA Group prépare une nouvelle phase d’expansion panafricaine

| Par
Mis à jour le 28 juin 2016 à 20h33
Agence de la banque UBA Burkina Faso, à OUagadougou.

Agence de la banque UBA Burkina Faso, à OUagadougou. © Nyaba Leon Ouedraogo pour Jeune Afrique

Après une première phase d’expansion qui l’a vu s’installer dans quinze pays africains en cinq ans (2007-2011), United Bank for Africa prévoit une nouvelle vague de sept autres implantations, principalement dans les pays de la zone Franc CFA. Mais le groupe doit encore faire face à la faible rentabilité de certaines filiales.

Pour l’occasion, le premier « senior leadership forum » du groupe bancaire nigérian, Tony Elumelu avait réuni l’état-major du groupe United Bank for Africa au grand complet, le mardi 03 mai à Lagos, la capitale économique du Nigeria.

Au total 90 dirigeants, dont l’ensemble du conseil d’administration du groupe bancaire nigérian, ainsi que les présidents et les directeurs généraux de toutes ses filiales en Afrique et au Royaume-Uni, ont fait le déplacement.

Durant cette rencontre, la direction du groupe a fait le bilan de la première phase d’expansion de son réseau, qui a vu United Bank for Africa s’établir dans une quinzaine de pays africains (voir le tableau ci-dessous).

(Si vous consultez cet article depuis notre application mobile, veuillez cliquer ici pour voir l’infographie.)

Dans un communiqué publié à l’issue de cette rencontre, Tony Elumelu, président de UBA Group, s’est félicité des progrès réalisés dans le cadre de cette première phase d’expansion. Il a également rappelé que les 18 filiales du groupe en Afrique subsaharienne (en dehors du Nigeria) représentent 25 % de ses revenus. Son produit net bancaire a connu une nette progression au cours de l’année écoulée : +10,4 % à 205,2 milliards de nairas (932 millions d’euros).

Les filiales africaines de UBA ont représenté 22 % de son bénéfice en 2015, contre 75 % au Nigeria, qui a atteint 59,65 milliards de nairas (+24,5 %). Elles constituent un cinquième du portefeuille des dépôts et des prêts du groupe, après une hausse remarquable en 2015 (+27 % et +14 % respectivement).

Nouvelles implantations

À la lumière de ces progrès, le groupe nigérian a annoncé son intention d’étendre son empreinte avec au moins sept implantations au cours des prochaines années, pour porter sa présence à 25 pays africains. Les détails de cette seconde phase d’expansion et son coût n’ont pas été communiqués par le groupe nigérian. Seul indice fourni : cette expansion se fera « d’abord dans les zones UMOA [Union monétaire ouest-africaine, ndlr] et CEMAC [Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, ndlr] » a indiqué Fogan Sossah, président de UBA Sénégal, cité dans un communiqué.

UBA Group est déjà présent dans 8 des 14 pays de ces deux zones, qui rassemblent les pays d’Afrique de l’Ouest  et d’Afrique centrale ayant en commun l’usage du Franc CFA. Des pays concernés, UBA Group est seulement absent de la République centrafricaine, de la Guinée équatoriale, du Togo, du Niger, du Mali et de la Guinée-Bissau.

« Nous sommes une institution véritablement panafricaine et après une période de consolidation, nous savons que l’expansion continue de notre empreinte en Afrique est un objectif clé », a souligné Fogan Sossah, cité dans le communiqué de UBA Group.

Des filiales à la traîne

Si la détermination des dirigeants du groupe panafricain est claire et que les progrès réalisés par leurs filiales africaines sont dans l’ensemble satisfaisants, plusieurs d’entre elles peinent encore à se faire une place sur les marchés locaux.

(Si vous consultez cet article depuis notre application mobile, veuillez cliquer ici pour voir l’infographie.)

Sept ans après son installation en Côte d’Ivoire, première économie de l’Afrique de l’Ouest francophone, UBA reste dans la deuxième partie du classement sur un marché qui compte 23 banques. Si cette filiale a réalisé un bénéfice de 557 millions de nairas en 2015, après une perte de -164 millions  de nairas en 2014, ses revenus restent modestes : 3,61 milliards de nairas en 2015, soit moins que les filiales sénégalaises et béninoises (environ 4,4 milliards de nairas) et à peine la moitié des recettes engrangées par UBA Burkina Faso (7,44 milliards).

UBA Kenya n’est pas en meilleure posture. Créée en 2009, la filiale du groupe nigérian est confrontée à un marché très concurrentiel et n’a engrangé qu’un produit net bancaire de 1,34 milliard de nairas l’an dernier, pour une perte de -518 millions de nairas. En Ouganda, l’autre grand pays d’Afrique de l’Est où UBA est présent depuis 2008, les résultats sont également modestes : un PNB de 1,47 milliard de nairas, pour une perte de -141 millions.

La direction du groupe panafricain a d’ailleurs approuvé lors de la rencontre du 03 mai l’injection de nouveaux capitaux dans les filiales en Ouganda, au Kenya et en Tanzanie.

Signe encourageant au moment où le groupe bancaire envisage une nouvelle vague d’expansion : la croissance spectaculaire du PNB réalisé par certaines de ses filiales durant l’année écoulée : +47 % au Congo-Brazzaville, malgré une conjoncture difficile causée par le recul du pétrole, +228 % en Guinée et +62 % en Sierra Leone, en rétablissement après l’épidémie d’Ebola.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte