Sécurité

Nigeria : au moins deux policiers tués dans une explosion à Maiduguri

Explosion à cause d'une voiture piégée dans le marché central de Maiduguri, capitale de l'État du Borno (nord-est), en juillet 2014. Photo d'illustration.

Explosion à cause d'une voiture piégée dans le marché central de Maiduguri, capitale de l'État du Borno (nord-est), en juillet 2014. Photo d'illustration. © Jossy Ola/AP/SIPA

Au moins deux policiers ont été tués jeudi dans un attentat, revendiqué par Boko Haram, contre un bâtiment officiel à Maiduguri.

Boko Haram a revendiqué l’attaque dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux au nom de l’État islamique dans la province d’Afrique de l’Ouest, l’appellation que se donne le groupe islamiste depuis son allégeance à l’organisation jihadiste il y a un an. Le kamikaze a pu déclencher son gilet explosif dans la région de Maiduguri, affirme le communiqué.

Selon le groupe islamiste, au moins 15 « apostats » ont été tués dans cette attaque menée vers midi (11h00 GMT) au siège du gouvernement régional. Mais selon le porte-parole de l’armée nigériane, Sani Usman, l’attaque a fait seulement deux morts, lorsque le kamikaze s’est fait exploser, pendant que le personnel de sécurité l’empêchait d’accéder à l’intérieur du bâtiment.

Deux policiers 

« Malheureusement, au moment où on tentait de l’arrêter, il a déclenché l’engin explosif artisanal qui se trouvait contre son corps, se tuant, tuant un policier et blessant grièvement un autre policier (…). Malheureusement, le policier blessé est mort par la suite », a déclaré Sani Usman dans un communiqué, ajoutant que 18 personnes avaient également été blessées. Mohammed Kanar, coordinateur régional des services d’urgences (NEMA), et un porte-parole de l’hôpital spécialisé de l’Etat de Borno ont également donné un bilan de deux morts, mais selon eux, il y aurait entre 19 à 24 blessés.

« Nous avons reçu deux morts et 24 blessés », a déclaré un porte-parole de l’hôpital de l’État de Borno peu après l’explosion. Selon des marchands qui se trouvaient sur les lieux, l’explosion provenait d’un véhicule triporteur qui passait dans la rue. Le siège du gouvernement régional, devant lequel l’engin a explosé, n’était peut-être pas le lieu visé.

Boko Haram très affaibli 

Maiduguri, capitale de l’État de Borno, est le fief historique de Boko Haram. Une ville martyre du groupe terroriste, théâtre d’attentats à répétition depuis le début de l’insurrection du groupe islamiste en 2009. Ces derniers mois, Maiduguri avait retrouvé le calme depuis la contre-offensive musclée de l’armée dans la région. Le dernier attentat-suicide à Maiduguri remonte en effet au mois de mars, quand deux femmes se sont fait exploser à Molai, en périphérie de la ville, tuant 22 personnes et en blessant 35 autres.

Depuis 2009, l’insurrection de Boko Haram a fait plus de 20 000 morts, principalement dans le nord-est du Nigeria. Affaibli par l’intervention armée, le groupe islamiste multiplie les attentats suicide, qui demandent peu de logistique, dans les marchés, les mosquées et les gares routières, des lieux en général très fréquentés.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte