Elections

RD Congo : la Cour constitutionnelle estime que Kabila peut rester en fonction après la fin de son mandat

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 11 mai 2016 à 17h21
Le président congolais Joseph Kabila.

Le président congolais Joseph Kabila. © Gwen Dubourthoumieu/J.A.

Saisie en interprétation de la Constitution par les députés de la majorité au pouvoir, la Cour constitutionnelle a indiqué mercredi que Joseph Kabila, le président sortant, pourra rester en fonction après 2016 si la présidentielle n’est pas organisée.

« Suivant le principe de la continuité de l’État et pour éviter le vide à la tête de l’État, le président actuel reste en fonctions jusqu’à l’installation du nouveau président élu », a indiqué, le 11 mai, un arrêt de la Cour constitutionnelle en RDC lu par son président Benoît Luamba.

La Cour, qui siégeait en audience à Kinshasa, répondait à une requête en interprétation déposée par la Majorité présidentielle (MP), alors que la perspective de la tenue du scrutin en 2016 s’éloigne chaque jour davantage.

La requête demandait précisément à la Cour de statuer sur le sort du président en cas de non tenue de l’élection avant la fin du mandat de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer