Culture

Festival gnaoua : lever de rideau à Essaouira

Par
Mis à jour le 12 mai 2016 à 12:18

Le festival gnaoua et musiques du monde, en 2012. © Wikimedia Commons/Magharebia

Du 12 au 16 mai, la ville portuaire d’Essaouira vibrera au rythme des différentes scènes du festival gnaoua et musiques du monde, dédié cette année à la sagesse, à la mémoire et à la jeunesse.

Plus que quelques heures avant le coup d’envoi de la 19e édition du festival, qui a su s’imposer au fil des années comme un rendez-vous incontournable pour les férus de musique du monde. Un événement culturel très attendu qui rendra un vibrant hommage aux grands maîtres disparus.

Magie du passé, promesses de l’avenir

Les festivités s’ouvriront sur un hommage au « gardien du temple », le maâlem (maître) Mahmoud Guinea, décédé en août 2015, puis au «magicien du tambour sénégalais» Doudou Ndiaye Rose, qui l’a rejoint quelques jours plus tard. Un hommage qui sera rendu par leurs enfants respectifs, qui ont promis de reprendre le flambeau. Sans oublier un dernier adieu au dramaturge marocain Tayeb Saddiki, mort en février 2016, témoin et acteur de la naissance de groupes qui ont révolutionné la musique marocaine pendant les années 1970.

À ces piliers de la culture africaine se mêleront des sonorités jazz et soul, avec par exemple la présence du trompettiste Christian Scott, du batteur Jeff Ballard, du bassiste Jamaaladeen Tacuma ou encore du saxophoniste Miguel Zenon. Hoba Hoba Spirit, N3rdistan, Las Migas et Blitz The Ambassador feront également vibrer les murs de la ville.

« Ce festival est un réel laboratoire de fusions musicales et nous tenons à ce qu’il continue d’en être ainsi », a estimé Neila Tazi, productrice et directrice du festival, rappelant que « les stars du festival, ce sont avant tout les Gnaoua. »

Des échanges culturels et intellectuels 

En marge des nombreux concerts à travers la ville, les festivaliers sont également invités à participer à d’autres événements comme les discussions quotidiennes de « l’Arbre à palabre » ou l’exposition « Colors Of Gnaoua » sur les anciens gnaouis, par l’artiste atypique Hassan Hajjaj.

Pour la cinquième année consécutive, un forum des droits de l’homme se tiendra les 13 et 14 mai, en partenariat avec le comité national des droits de l’homme au Maroc. Le thème cette année : « Diasporas africaines : racines, mobilités, ancrage. »

« Le passage par le festival et le forum marque incontestablement nos invité(e)s et je crois sincèrement qu’il s’agit pour eux d’une expérience globale, pour les sens comme pour l’intellect », se réjouit Driss El Yazami, président du conseil national des droits de l’homme.

Retrouvez programme complet sur le site du festival.