Droits de l’homme

Tunisie – Radhia Nasraoui : « Rien ne justifie la torture, pas même le terrorisme »

Radhia Nasraoui, avocate et présidente de l'association de lutte contre la torture en Tunisie.

Radhia Nasraoui, avocate et présidente de l'association de lutte contre la torture en Tunisie. © M.Rais/CC/Wikimedia Commons

Cinq ans après la révolution, la torture existe encore en Tunisie. Des centaines de cas sont relevés chaque année par des organisations locales et internationales, qui s’inquiètent de la persistance et des conséquences de cette pratique.

C’est un chiffre alarmant : 250 plaintes signalant des cas de torture et 11 cas de « mort suspecte » ont été reçues en 2015 par l’Association de lutte contre la torture en Tunisie (ALTT), d’après son rapport annuel présenté le 7 mai à Tunis. Ce dernier pointe du doigt une pratique qui fait toujours des victimes aujourd’hui, en dépit des mesures annoncées par le gouvernement tunisien pour y mettre fin.

Radhia Nasraoui, avocate spécialisée dans les droits de l’Homme, membre du sous-comité de lutte contre la torture à l’ONU et présidente de l’Association de lutte contre la torture en Tunisie, nous en dit plus sur cette violence qui gangrène le pays.

Jeune Afrique : Quelles sont les grandes lignes du dernier rapport de l’association ?

Radhia Nasraoui : Il s’agit d’un rapport sur les violences graves, les mauvais traitements et la torture en Tunisie, des actes qui ont lieu principalement dans les postes de police et qui touchent toutes les catégories de personnes, hommes, femmes, et même quelques enfants ! 250 plaintes ont été déposées en 2015 auprès de notre association et nous recevons presque quotidiennement des victimes de la torture. Mais nous ne sommes pas les seuls et d’autres organisations ont également relevé d’autres cas de torture. Et puis beaucoup de victimes n’osent pas se manifester par peur d’avoir à faire face à d’avantage d’ennuis, comme des procès montés de toute pièce.

La lutte antiterroriste peut-elle justifier, dans certains cas, la torture ?

Rien ne justifie la torture, pas même le terrorisme. La loi ne fait pas de distinction, elle punit tous les tortionnaires sans exception. De plus, l’utilisation de la violence pour obtenir des informations est inefficace et aboutit à des aveux forcés. La plupart du temps, une personne torturée donnera des informations fausses, avouera des crimes qu’elle n’a pas commis, donnera des noms de gens qu’elle ne connaît pas…

Je continuerai à défendre tout le monde, même ceux qui ont participé à ma persécution sous la dictature de Ben Ali

Lorsque je me suis exprimé sur ce sujet, j’ai subi une forte campagne de dénigrement de la part de personnes m’accusant de défendre le terrorisme et remettant en cause mon patriotisme. Mais je reste sur mes positions : les droits de l’Homme doivent être respectés pour tous et je continuerai à défendre tout le monde, même ceux qui ont participé à ma persécution sous la dictature de Ben Ali. La seule façon de me faire taire serait de me tuer !

Pourquoi la persistance de cette pratique, à votre avis ? Observe-t-on une recrudescence des cas de torture ?

Je pense que la cause principale est l’impunité. De trop nombreux tortionnaires échappent à la loi et les victimes n’osent pas les traduire en justice.

Les cas de torture se sont aggravés ces derniers temps, notamment depuis les attaques terroristes qui ont frappé la Tunisie, et les soulèvements populaires à Kerkennah, à Sfax, etc. Au lieu d’essayer de résoudre les problèmes sociaux, les autorités optent pour la répression. Et plus il y a de problèmes sociaux, plus la répression est forte, ce qui est très dangereux car il y a de fortes chances que cette violence mène à une nouvelle révolution.

Les 16 membres de l’Instance nationale de prévention contre la torture, pour laquelle vous vous étiez portée candidate, ont été annoncés fin mars. Contre toute attente, vous n’en faites pas partie. Pourquoi, d’après vous ?

J’ai été écartée car ils ne veulent pas de gens qui disent la vérité. Et ils ont voulu me punir parce que mon mari [Hamma Hammami] est le porte-parole du Front populaire. Pourtant moi, je suis indépendante, je m’occupe des droits humains. Après l’annonce des membres élus à l’Instance, j’ai reçu beaucoup de soutien, d’appels, de messages… Des consœurs m’ont même confié avoir pleuré tellement elles étaient déçues ! Mais je n’ai pas besoin d’un poste pour combattre la torture. Au contraire, je suis plus libre sans finalement.

 

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte