Économie

Comment Telkom s’est fait « pigeonner »

La société nationale de télécommunications sud-africaine s’est faite doubler par un pigeon-voyageur.

Par
Mis à jour le 14 septembre 2009 à 17:35

 

Winston a beaucoup de copains. Sur son site Facebook, ce pigeon de 11 mois avait, le 10 septembre, un peu plus de deux mille amis. Le lendemain, ils étaient le double à lui brosser les plumes dans le sens du vent. Winston est un héros. Son exploit ? Il a humilié Telkom, la société nationale de télécommunication sud-africaine.

Formé au métier un peu oublié de pigeon voyageur, le volatile a été recruté chez un éleveur par The Unlimited, une société d’assurances et de produits financiers basée à Durban. Excédée par la lenteur des transmissions de données, la société a voulu démontrer que les méthodes ancestrales de communication pouvaient être plus efficaces que les coûteuses technologies modernes.

Le 9 septembre, Winston s’est donc envolé avec une puce électronique contenant quatre gigabits de données accrochée à la patte. Parti de Howick, petite ville du KwaZulu-Natal, il lui a fallu deux heures, six minutes et cinquante-sept secondes pour atteindre les bureaux de The Unlimited à Durban, 80 km plus à l’ouest. Pendant le trajet, les trois cents premiers fans ont reçu des nouvelles par Twitter, la messagerie préférée des oiseaux…

Au même moment, à Durban, était lancé le téléchargement des mêmes données, envoyées par Internet. Quand le pigeon est arrivé à destination, l’ordinateur n’affichait qu’un misérable 4 % de téléchargement.

« Nous voulions montrer que nous sommes une société innovante, capable de sortir des sentiers battus », explique Terez Taylor, du service marketing de The Unlimited. Une campagne de pub très réussie pour cette société… et un mauvais coup pour Telkom, qui a peu apprécié. L’histoire oublie d’épingler un autre ralentisseur de trafic : la société nationale d’électricité et ses innombrables délestages. Winston a décidément une belle carrière devant lui…