Elections

Présidentielle au Gabon : Jean Ping a dévoilé son programme

Jean Ping, en 2012.

Jean Ping, en 2012. © Peter Macdiarmid/AP/SIPA

C’est devant ses principaux lieutenants et soutiens que Jean Ping, candidat à l’élection présidentielle gabonaise, a dévoilé son programme mercredi. Modification de la Constitution, mandat unique et financement de ses promesses : Jeune Afrique fait le point sur les engagements du candidat.

« Après le temps de la critique, nous ouvrons aujourd’hui le temps du projet pour la reconstruction de notre pays », a attaqué l’ancien président de la Commission de l’Union africaine, qui présentait son projet électoral, mercredi 4 mai, depuis la chambre de commerce de Libreville, où il avait donné rendez-vous aux journalistes.

Objectif : occuper le terrain et convaincre les électeurs à moins de quatre mois de l’élection présidentielle prévue le 28 août prochain, selon les informations de Jeune Afrique.

Révision constitutionnelle et limitation des mandats

Face à ses soutiens, le candidat a rappelé son engagement à ne briguer qu’un seul mandat, comme il l’avait déjà indiqué dans un entretien à Jeune Afrique. « Dès que je serai au pouvoir, les gens vont tout faire pour que je fasse un deuxième mandat. Je ne le ferai pas. C’est un engagement formel », expliquait-il ainsi en mars.

L’ancien président de la Commission de l’UA a aussi promis de limiter à deux le nombre de mandat du président de la République, mais aussi de passer au quinquennat.

Aucun chiffre avancé

S’il a mis l’accent sur la santé et l’éducation, des thèmes qu’il souhaite « prioritaires », Jean Ping a insisté sur les infrastructures, promettant « de l’eau et de l’électricité pour tous » et une politique de grands travaux pour « booster la croissance et l’emploi ».

Des projets aussi coûteux, que Jean Ping s’est bien gardé de chiffrer. L’ancien candidat a évoqué plusieurs pistes de financements, assurant soutenir ses promesses à grands coups de partenariats publics-privés, mais aussi à l’aide de financements internationaux. Sans oublier le pétrole, dont les cours se sont pourtant effondrés ces derniers mois.

Le candidat en a aussi profité pour évoquer la vente des propriétés françaises de la famille Bongo Ondimba, faisant référence à l’affaire dite des « biens mal acquis« . Une opération qui permettrait selon lui de récupérer dans les caisses de l’État « plusieurs milliards de francs CFA », a assuré Jean Ping, prenant tout de même quelques libertés avec l’avancée et les conclusions de l’enquête française.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte