Mines

Grève de trois jours à la mine Cominak d’Areva au Niger

Ici, une mine d'uranium exploitée par Areva, à Arlit au Niger. © AP/SIPA

Le personnel de la mine d'uranium Cominak d'Areva au Niger s'est mis en grève pour trois jours lundi, affirmant n'avoir pas perçu intégralement les primes liées à la réalisation d'objectifs financiers en 2015, ont déclaré deux syndicats.

« Sur les 800 salariés de Cominak, seuls neuf n’ont pas respecté l’appel à la grève ce matin », a dit Miou Amadou, patron de la section Cominak du syndicat Synamin, précisant que 70 % du montant des primes seulement avaient été versés.

Le syndicat Syntramin a également apporté son appui à la grève.

Le management de Cominak, cités par Reuters, a estimé que le débrayage des salariés est « une violation des accords négociés ». « Il avait été conclu avec les salariés que 70% de la prime seraient versés d’abord puis le solde une fois les résultats annuels du groupe approuvés par les actionnaires lors d’une assemblée en juin », note-t-il, précisant que les primes sont en hausse de 50% par rapport à l’année précédente.

Située dans le nord-ouest du Niger, Cominak a produit 1 607 tonnes d’uranium en 2015.

Areva détient 34 % de la mine et une holding publique nigérienne 31 %, le japonais Overseas Uranium Resources Development Company 25 % et l’espagnol Empresa Nacional del Uranio les 10% restants.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte