Diplomatie

Un navire américain accoste à Cuba, une première en 50 ans

Des Cubains saluant l'arrivée à La Havane du premier navire de croisière américain arrivé en un demi-siècle sur l'île de Cuba.

Des Cubains saluant l'arrivée à La Havane du premier navire de croisière américain arrivé en un demi-siècle sur l'île de Cuba. © Ramon Espinosa/AP/SIPA

Cuba a accueilli lundi son premier navire de croisière américain en un demi-siècle, à la faveur du rapprochement diplomatique entre Washington et La Havane. Une arrivée accueillie dans la liesse.

Le paquebot Adonia de la compagnie Fathom, filiale du groupe américain Carnival, a accosté dans le port de la Havane, sous un ciel ensoleillé et devant une foule de curieux agitant des drapeaux des deux pays.

Émotion des Cubains de retour sur leur terre 

Avec 700 passagers à bord, le bateau était parti dimanche de Miami, bastion de la diaspora cubaine aux États-Unis. Son arrivée à La Havane a été accueillie avec émotion par les Cubains suivant son entrée dans le port, en ce lundi férié sur l’île communiste.

L’émotion était aussi palpable à l’arrivée des passagers cubains. « Je pleure depuis le lever du jour. Je ne peux pas croire que je suis ici », souffle, les yeux rougis, Maria Eugenia Pena. Les parents de cette avocate de 47 ans, née à Miami, ont quitté Cuba peu après la révolution castriste de 1959. Elle n’a jamais vu La Havane.

Une première depuis 1959

Carnival est la première entreprise à être autorisée, à la fois par les États-Unis et par Cuba, à naviguer entre les deux pays, qui avaient interdit ces voyages après la révolution cubaine en 1959.

SIPANY/SIPA

Entrevue entre Barack Obama et Raúl Castro au siège de l'ONU, à New York, le 29 septembre 2015. © SIPANY/SIPA

Les deux anciens ennemis de la Guerre froide ont rétabli leurs relations diplomatiques en 2015. Mais leurs échanges commerciaux et touristiques restent conditionnés à l’embargo américain en vigueur depuis 1962, malgré les protestations de La Havane. Certaines des restrictions ont toutefois été levées, autorisant la reprise des vols commerciaux, du courrier postal et des croisières.

Cuba mise sur le tourisme 

Ces voyages profiteront d’abord aux deux millions de Cubains réfugiés aux États-Unis tandis qu’à Cuba, beaucoup espèrent que l’arrivée de ces nouveaux touristes dopera l’économie et leurs maigres revenus.

Les touristes américains ne peuvent toujours pas se rendre individuellement sur l’île, mais l’administration Obama a assoupli les restrictions pour les voyages à but éducatif, culturel, sportif ou religieux. L’an dernier, ils ont été 160 000 à s’y rendre, 57% de plus qu’en 2014.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte