Politique

Diplomatie : Patrice Talon et Alpha Condé ont tour à tour rencontré François Hollande à Paris

Les présidents béninois et guinéens, Patrice Talon et Alpha Condé, ont successivement rencontré leur homologue français, François Hollande, mardi. Au menu des discussions : la COP21 et l’environnement mais également le terrorisme.

Mis à jour le 26 avril 2016 à 17:47

Patrice Talon, François Hollande et Alpha Condé. © AP/SIPA/JA

Patrice Talon et Alpha Condé, les chefs d’État béninois et guinéen, étaient tous deux de passage à Paris, mardi 26 avril. Ils en ont profité pour avoir un entretien avec le président français, François Hollande, et échangé au sujet de la COP21 et de l’accord de Paris sur le climat, qui vient d’être signé à Washington, aux États-Unis.

Après un entretien en tête à tête, les présidents français et béninois ont ainsi tenu une conférence de presse conjointe à l’Élysée, dans laquelle ils ont réaffirmé la volonté de coopération entre leurs deux pays. « La France sera toujours aux côtés du Bénin », a affirmé François Hollande, tandis que son homologue a souhaité davantage d’échanges, notamment au niveau de la formation des cadres administratifs.

Tout en remerciant la France pour son soutien alors qu’il était en exil, Patrice Talon a également souhaité une coopération accrue en matière de lutte contre le terrorisme. « Le Bénin est préoccupé par le terrorisme mais nos services de renseignement n’ont pas encore les moyens pour lutter contre lui », a-t-il déclaré.

Alpha Condé également à l’Élysée

Quelques heures auparavant, un autre chef d’État de la sous-région s’était également rendu à l’Élysée, en la personne d’Alpha Condé. Le président guinéen a notamment évoqué la mise en application de l’accord de Paris sur le climat et l’avancement de l’initiative africaine sur les énergies renouvelables.

François Hollande lui a ainsi réaffirmé que la France investirait bien, à titre bilatéral, 2 milliards d’euros dans les énergies renouvelables en Afrique avant 2020.

Autre sujet au menu de cette discussion : la situation sécuritaire au Sahel. Selon le communiqué de l’Élysée, les deux chefs d’État ont notamment « réaffirmé leur soutien et leur engagement au sein de la mission des Nations Unies au Mali (Minusma) ».