Justice

RD Congo : ce que l’on sait de la série d’arrestations des proches de Katumbi à Lubumbashi

Moïse Katumbi, lors d'un match de son équipe de football, le TP Mazembe, à Lubumbashi, RD Congo, le 4 mars 2015.

Moïse Katumbi, lors d'un match de son équipe de football, le TP Mazembe, à Lubumbashi, RD Congo, le 4 mars 2015. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Ancien directeur de cabinet, gardes de corps, chauffeurs, fils d'un cadre du G7... Plusieurs proches de Moïse Katumbi, fraîchement passé à l'opposition, ont été arrêtés ces derniers jours à Lubumbashi. Certains, y compris un ressortissant américain, ont été transféré lundi à Kinshasa.

La tension est montée d’un cran à Lubumbashi, dans le sud de la RD Congo. Au refus catégorique de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga de participer au dialogue politique convoqué par le président Joseph Kabila, le régime en place répond par des perquisitions, menaces, interpellations et arrestations de ses proches.

Entre les deux camps, tous les coups sont désormais permis. « Cette nuit [25 avril], les locaux de l’Unadef [Union nationale des démocrates et fédéralistes, réputé proche de Katumbi, ndrl] ont été incendiés à la commune de la Kenya », à Lubumbashi, indique une source proche du regroupement politique G7. Moins d’une semaine plus tôt, des inconnus avaient saccagé le siège de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec, membre du G7) dans la même ville. Puis s’en est suivie une série d’arrestations.

Le cas du professeur Huit Mulungo

Interpellé par les services de sécurité à sa résidence le vendredi 22 avril, le professeur Huit Mulungo, ancien directeur de cabinet de Moïse Katumbi, alors gouverneur du Katanga, a été transféré dès le lendemain à la Cour d’ordre militaire de Lubumbashi après avoir passé la nuit dans les locaux de l’Agence nationale de renseignement (ANR).

Des sources sécuritaires sur place indiquent qu’il est poursuivi notamment pour détention illégale d’arme. Les agents de sécurité ont trouvé un pistolet dans sa résidence. Une arme « déclarée et enregistrée » auprès des services publics, rétorque son entourage. En attendant, Huit Mulungo est détenu à la prison de Kasapa, dans le nord de Lubumbashi.

Arrestation de deux enfants de Pierre Lumbi

Quarante-heures plus tard, ce sont deux enfants de Pierre Lumbi, ancien conseiller spécial du chef de l’État et membre du G7, qui sont interpellés. Un sac avec des armes aurait été trouvé dans l’une des chambres de l’hôtel Rift dont ils sont les gérants.

Quelques interrogatoires et pressions diplomatiques plus tard – notamment celles des États-Unis à travers Tom Perriello, son envoyé spécial dans les Grands Lacs -, les deux infortunés ont été libérés le 25 avril.

Transfert de quatre proches de Katumbi à Kinshasa

Quatre autres personnes, liées à Moïse Katumbi, ont été transférées lundi à Kinshasa. La veille, elles avaient été interpellées à Lubumbashi lors du meeting dispersé à coups de grenades lacrymogènes. « Une dizaine d’autres sympathisants ont été également transférés à Kinshasa », ajoute un proche de Moïse Katumbi, dénonçant une « chasse à l’homme qui se poursuit » dans la commune de la Kenya (Lubumbashi) et des « arrestations arbitraires des personnes qui ont commis le crime d’assister à une marche pour la démocratie ».

Parmi les quatre personnes que les autorités congolaises reconnaissent avoir acheminés à Kinshasa se trouve un citoyen américain : Darryl Lewis. « Avec les trois autres sujets étrangers aussi, ils se sont présentés comme des gardes de sécurité de M. Katumbi : les services [de sécurité] sont en train de vérifier s’ils ont leur permis de séjour et leur permis de travail en RD Congo », explique à Jeune Afrique Lambert Mende, porte-parole du gouvernement. Mais le ministre ne dit pas de quelles nationalités sont issus les trois autres personnes transférées à Kinshasa.

« À Lubumbashi, la police avait effectué des arrestations administratives lorsqu’elle rétablissait l’ordre public. Après vérifications, elle a libéré tous les Congolais », maintient-il.  Néanmoins, d’après des sources sécuritaires concordantes, hormis Darryl Lewis, les trois autres détenus seraient des Congolais. Il s’agirait de Idi Sefu, Yannick Kabinda et Franck Mwashila.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte