Elections

Gabon : des ONG redoutent des violences postélectorales lors de la présidentielle

Le président Ali Bongo Ondimba avec Sylvia, son épouse, le 27 février à Port-Gentil.

Le président Ali Bongo Ondimba avec Sylvia, son épouse, le 27 février à Port-Gentil. © Steve Jordan/AFP

Pour prévenir contre les risques des violences postélectorales au Gabon, une coalition d’ONG a déposé lundi un manifeste pour la paix aux sièges de l’ONU et de l’Union européenne dans le pays.

« Nous appelons au ressaisissement, à la retenue tous les acteurs politiques – majorité et opposition – qui, par des procédés psychologiques, des slogans dangereux, voudraient propager la haine entre les Gabonais », a lancé, le 25 avril, Guy Réné Mombo Lembomba, secrétaire exécutif et porte-parole de la Coalition de la société civile gabonaise (CSCG), lors d’un point de presse à Libreville.

Quelques heures plus tôt, la coalition est allé déposé un « manifeste pour la paix » au siège de l’Union européenne (UE) dans la capitale gabonaise, puis à la représentation locale de l’Organisation des Nations unies pour l’Afrique centrale (Unoca) et au bureau du Programme des Nations unies pour le développement.

Décrisper la situation  

À quatre mois de la présidentielle, prévue en août, la société civile s’inquiète de la « radicalisation » des positions des politiques et craint des violences postélectorales, voire une « guerre civile » à l’issue du scrutin.

Elle en appelle ainsi à la « vigilance » des partenaires internationaux du Gabon pour préserver un climat de paix dans le pays et aider à décrisper le climat politique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte