Energie

Dr Lual A. L. Deng : « 80% de la production pétrolière vient du Sud »

Trois questions au ministre soudanais du Pétrole, Dr Lual A. L. Deng.

Jeune Afrique : Craignez-vous des violences ?

Dr Lual A. L. Deng : Le référendum doit se tenir comme stipulé dans l’accord de paix de 2005 [Comprehensive Peace Agreement, CPA], qui est censé assurer la stabilité du pays. Si les Sud-Soudanais soupçonnaient une violation de cet accord, un conflit violent pourrait en effet éclater.

Que pèse économiquement le Sud-Soudan ?

80 % des 450 000 barils de pétrole produits par jour dans le pays se trouvent dans le Sud, mais les infrastructures [pipelines et raffineries] se trouvent toutes dans le Nord. De fait, nous estimons que le Sud-Soudan pèse entre 25 % et 40 % du PIB actuel du Soudan.

Dans le cas d’une partition, quel serait l’impact sur les deux économies ?

Les discussions sur le partage des revenus pétroliers sont toujours en cours. Mais un divorce à l’amiable sera bénéfique pour le Sud-Soudan, avec des répercussions négatives sur l’économie du Nord, tout du moins à court terme. Dans le cas d’une séparation violente, la production pétrolière pourrait s’arrêter complètement, menant à une issue « perdant-perdant » pour les deux économies.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte