Musique

RD Congo : Papa Wemba est mort, vive l’artiste !

Par

Trésor Kibangula est spécialiste de l'Afrique subsaharienne, particulièrement de la région des Grands Lacs. Il s'intéresse également à l'évolution de nouveaux médias et au datajournalisme.

+ Suivre cet auteur

Le chanteur congolais Papa Wemba à Paris, le 10 avril 2014. © Vincent Fournier/J.A.

« Papa Wemba : de génération en génération ! » L'artiste se croyait bien immortel. Et il avait raison.

Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba de son vrai nom est décédé à Adidjan dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 avril, mais il ne disparaît pas pour autant de la mémoire des millions de mélomanes à travers le monde, et particulièrement en Afrique, qui ont été bercés par la voix ténor et suave de l’illustre disparu.

Papa Wemba est mort, vive l’artiste ! Maître d’école, son dernier album sur le marché du disque, constitue en effet un parfait témoignage de l’oeuvre de ce natif de Kasaï oriental, au centre de la RD Congo. Un opus « 100 % rumba » pour « redonner un souffle nouveau » à ce genre de musique face à la montée en puissance du coupé-décalé ivoirien et de la « naja music » du Nigeria, nous expliquait-il en avril 2014 lors de son dernier passage à Jeune Afrique.

Toujours bien habillé, ce grand chantre de la sape nous confie alors ce jour-là ses craintes de voir la rumba congolaise perdre ses repères, « s’éloigner des fondamentaux » qui ont fait sa force depuis des décennies. Avec ses 25 dernières chansons dans le bac, Papa Wemba « [replace] le solo à la guitare au centre de la mélodie ». Comme pour passer le relais à la nouvelle génération, il fait appel notamment à JB M’Piana et à Barbara Kanam pour deux featurings mémorables.

Triple Option, Papa Wemba feat. Barbara Kanam

Presque deux ans plus tard, je recroise le « Vieux » à Brazzaville. Au port. Il a l’air serein, loin des rumeurs qui annonçaient déjà sa mort au début de l’année. Il souffrait de la malaria et avait été hospitalisé durant dix jours en France, avait-il confié à la mi-mars au chroniqueur congolais Naty Lokole. Nous nous apprêtions à traverser le fleuve, à Kinshasa. C’était l’effervescence. Tout le monde voulait le voir, à défaut de le toucher. « Magrokoto, grand prêtre ! », lui lance la foule enthousiaste. « Magrokoto, ba yaya », leur répond-il, les deux poings serrés. C’est ainsi qu’on se salue à Molokaï, le « village » institué par Papa Wemba.

Aujourd’hui, c’est le chef du village qui est mort. Le roi incontesté de la rumba disparaît. Pas ses œuvres !

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte