Energie

Le Mend déclare la « guerre totale »

Les rebelles du Mend ont déclaré une guerre sans concession à l'armée. Ils ont par ailleurs posé un ultimatum aux compagnies pétrolières basées au Nigeria.

© AFP

Le principal groupe armé du sud du Nigeria, le Mend, a déclaré vendredi une « guerre totale » dans la région après des combats avec l’armée accusée de bombarder les civils, ce qu’elle a démenti.

Le groupe affirme par ailleurs qu’un otage a été tué par une « balle perdue » de l’armée. Il a aussi exigé des compagnies pétrolières qu’elles se retirent « d’ici minuit aujourd’hui » (vendredi) de la région riche en pétrole.

« Le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger déclare une guerre totale dans la région et appelle tous les hommes en âge de se battre à s’engager pour notre liberté », a-t-il annoncé dans un communiqué.

Bombardements

Dans l’Etat de Delta, au sud, l’armée aurait lancé « des bombardements aériens hasardeux sur des civils sans défense dans la région de Gbaramatu », affirme le Mend. Les victimes « sont principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées », selon lui.

Un porte-parole militaire contacté par l’AFP a démenti que l’armée attaquait les civils. Refusant d’indiquer quels moyens elle utilisait face aux militants, il n’a ni nié ni confirmé les bombardements.

« Nous n’avons pas ciblé les civils dans cette opération car ce sont les personnes que nous tentons de défendre », a déclaré le colonel Rabe Abubakar, porte-parole de la force conjointe police-armée (JTF) opérant dans le delta du Niger.

« Notre cible ce sont les militants (. . . ) et nous n’arrêterons pas tant qu’ils ne seront pas entièrement chassés », a-t-il poursuivi, expliquant que la JTF menait une offensive à « multiples facettes ».

Selon l’activiste Jonjon Oyeinfie, ex-dirigeant du Conseil des jeunes Ijaw, une ethnie dont sont issus la plupart des combattants du Mend, l’armée a utilisé vendredi des hélicoptères de combat.

« Des combats féroces se déroulent le long du fleuve Warri-Forcados (dans l’Etat de Delta). La JTF a déployé treize bateaux armés contre les combattants pour la liberté. Il y a aussi l’usage d’hélicoptères de combat qui a fait fuir les habitants », a-t-il déclaré à l’AFP.

Pour le départ des compagnies pétrolières

Le Mend affirme avoir tué « de nombreux soldats » vendredi alors que les militaires auraient « battu en retraite rapidement ».

Il avance aussi avoir coulé ou détruit neuf bateaux de l’armée, en avoir saisi trois, et capturé avec son équipage un navire de guerre nigérian venu en renfort du Liberia. L’armée a démenti toutes ces informations.

Le Mend, qui avait mis en garde mercredi contre un regain de violences après avoir dénoncé des attaques militaires contre ses camps, a une nouvelle fois sommé les compagnies pétrolières de quitter la région.

« Pour la dernière fois », le groupe appelle « toutes les compagnies pétrolières à évacuer (la région) d’ici minuit aujourd’hui (vendredi) et cesser la production de pétrole jusqu’à nouvel ordre ».

Par mesure de sécurité, la direction de la Shell Petroleum Development Company aurait commencé à évacuer son personnel de la région. De son côté, la Chevron Nigeria Limited aurait restreint les activités de ses employés.

Enlèvement d’un équipage

Jeudi, il avait annoncé qu’un « groupe affilié » avait capturé la veille 15 membres étrangers de l’équipage d’un navire, le MV Spirit, dans le delta du Niger.

Le Mend n’a pas nommé le groupe ni communiqué la nationalité des otages.

La JTF avait confirmé l’enlèvement d’un équipage, sans en préciser le nombre ni la provenance.

Revendiquant régulièrement depuis trois ans attaques, sabotages et enlèvements, le Mend affirme agir au nom des populations locales et en faveur d’une meilleure répartition des revenus pétroliers.

Les violences qui secouent le delta du Niger ont fait chuter de plus du tiers la production pétrolière.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte