BTP & Infrastructures

Logement : en finir avec la construction sauvage

L'état ivoirien souhaite lutter efficacement contre la construction sauvage. Et en profite pour cadrer le secteur. Huit cents hectares (8 km2) de zones précaires vont disparaître à Abidjan. « On ne veut plus de villes et de quartiers qui poussent comme de petits champignons »

 Dans le quartier d’Attécoubé, à Abidjan. © Vincent Fournier pour Jeune Afrique.

, a expliqué, en septembre, Mamadou Sanogo, le ministre de la Construction, de l’Assainissement et de l’Urbanisme en annonçant cette décision. Dans toutes les grandes villes ivoiriennes, les pouvoirs publics ont commencé à raser les habitations ne respectant pas les normes de construction. Sans oublier les installations informelles de commerçants. À la manœuvre, le ministre Sanogo et son homologue chargée de la Salubrité urbaine, Anne Désirée Ouloto, surnommée « Maman Bulldozer » pour ses actions spectaculaires de « déguerpissement », notamment celui des commerces, restaurants et night-clubs de la rue Princesse, à Abidjan.

Objectif : faire respecter les normes en matière d’urbanisme et d’aménagement, un secteur à même de favoriser la création de 100 000 emplois, selon Mamadou Sanogo. Le gouvernement prévoit aussi d’ouvrir des guichets uniques dans les grandes villes du pays et de mettre en place un site internet afin que les sociétés immobilières et d’aménagement suivent en direct les étapes d’avancement de leur dossier. Pour obtenir leurs agréments, elles devront dorénavant employer un géomètre, un urbaniste et un ingénieur en assainissement. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte