Culture

Les hommages se multiplient après la mort de Prince

À Atlanta, hommages spontanés au chanteur Américain Prince,  mort le 21 avril 2016

À Atlanta, hommages spontanés au chanteur Américain Prince, mort le 21 avril 2016 © Ben Gray/AP/SIPA

De Barack Obama à Madonna en passant par Mick Jagger, les personnalités du monde entier ont fait part de leur émotion et de leur respect jeudi après l’annonce de la mort à 57 ans de Prince, légende de la pop.

« Aujourd’hui le monde a perdu une icône créatrice », a déclaré Barack Obama. « Peu d’artistes ont influencé le son et la direction de la musique populaire, ou touché autant de gens de leur talent », a encore poursuivi le président américain.

La superstar américaine de la pop, la chanteuse Madonna, a elle aussi encensé sur Instagram un « vrai visionnaire » qui a « changé le monde », se disant « effondrée » par la mort de l’icône jeudi 21 avril à l’âge de 57 ans.

Un torrent d’hommages

« Je suis profondément choqué d’apprendre la mort de Prince », chanteur au talent « infini », s’est attristé le chanteur britannique des Rolling Stones Mick Jagger, rendant hommage à « l’artiste révolutionnaire, le grand musicien, le compositeur, le merveilleux parolier, et l’étonnant guitariste ».

Le « Kid de Minneapolis » a été l’un des plus grands musiciens des années 1980 et 1990 avec des tubes comme « Purple Rain », « Girls & Boys », « Kiss », mêlant riffs de guitare et rythmes funk. Il a été, selon le shérif du comté de Carver, retrouvé inconscient dans un ascenseur des studios d’enregistrement situés dans sa résidence.

L’hommage d’Aretha Franklin

« Repose en paix le roi Prince, merci de m’avoir inspiré pour devenir musicien et utiliser cet outil pour guérir les gens », a de son côté tweeté le chanteur Wyclef Jean.

Comme eux, plusieurs dizaines de chanteurs du monde entier ont offert leurs condoléances à l’un des plus grands musiciens pop de sa génération. Lenny Kravitz a dit avoir perdu son « frère de musique », tandis que le scénariste et réalisateur Spike Lee a souligné l’humour de l’artiste : « Mon frère me manque. Prince était un rigolo. Grand sens de l’humour ».

View this post on Instagram

I Miss My Brother. Prince Was A Funny Cat. Great Sense Of Humor.

A post shared by Spike Lee (@officialspikelee) on

Quant à Aretha Franklin, la reine de la soul américaine a fait part de sa stupeur sur la chaîne MSNBC :  « C’est un tel choc. C’est vraiment surréaliste. C’est tout simplement incroyable ».

Contre l’industrie musicale

Au-delà de la sphère des célébrités et d’Hollywood, de nombreux membres de la société américaine ont aussi partagé leurs souvenirs du chanteur.

Homme politique connu notamment pour son engagement en faveur des droits civiques aux États-Unis, Al Sharpton a raconté sur la chaîne MSNBC que Prince le « questionnait beaucoup sur ce qui se passait dans la communauté (noire) et les problèmes de justice« , soulignant toutefois qu’il se tenait à l’écart de la politique.

Prince, se souvient-il, n’avait pas peur non plus de lutter contre l’industrie musicale : « Il n’avait que faire de la controverse et de l’adversité ». Après avoir affronté la maison de disques Warner Bross, il avait crée son propre label, NPG Records. Plus récemment, il avait aussi engagé un bras de fer avec la plateforme musicale d’Apple, iTunes, qu’il accusait de ne pas rémunérer suffisamment les auteurs.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte