Économie

Coopération internationale : la Côte d’Ivoire cherche à mobiliser 6,7 milliards d’euros à Paris 

La Côte d’Ivoire, en coordination avec la Banque mondiale, organisera en mai à Paris, une conférence des bailleurs de fonds pour mobiliser 4 425 milliards F CFA (6,7 milliards d’euros) afin de financer le Programme national de développement (PND) 2016-2020, d’un montant global de 30 000 milliards de F CFA.

Par - à Abidjan
Mis à jour le 21 avril 2016 à 19:02

Travaux de construction du pont Henri Konan Bédié, le 23 mai 2013 à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. © Olivier pour Jeune Afrique

Les investisseurs institutionnels et privés sont attendus à cette rencontre.

Le président Alassane Ouattara et le Premier ministre Daniel Kablan Duncan devraient être faire le déplacement dans la capitale française, le moi prochain.

Le PND prévoit de lourds investissements dans les infrastructures et tous les secteurs productifs en vue de conduire le pays vers « l’émergence ».

Outre le financement attendu des bailleurs de fonds, le secteur privé devrait être mis à contribution à hauteur de 18 000 milliards de F CFA.  Une réunion est prévue d’ailleurs à Paris dans les locaux du Medef, le principal syndicat patronal français, à Paris dans la foulée de la réunion avec les bailleurs pour présenter les projets du PND aux groupes français.

« L’État investira 11 300 milliards de F CFA dans le PND. Nos ressources nationales nous permettent de mobiliser plus de 6 000 milliards F CFA, grâce notamment aux recettes fiscales », a confié Bruno Koné, ministre de l’Économie numérique et de la Poste, également porte-parole du gouvernement.

La Côte d’Ivoire n’est pas à son premier exercice, dans ce domaine. Le 4 décembre 2012, le gouvernement et la Banque mondiale, soutenus par plusieurs institutions de l’Organisation des nations unies, avaient organisé un groupe consultatif des bailleurs de fonds pour mobiliser environ 11 076 milliards de F CFA pour financer le premier PND (2012-2015).

Malgré les fortes promesses, la Côte d’Ivoire n’avait pu obtenir qu’une partie des financements promis et a dû reporter plusieurs grands chantiers, repris dans le PND 2016-2020.