Elections

Bénin : Alassane Ouattara joue les réconciliateurs entre Talon et Yayi, avec succès

L'ancien président du Bénin Thomas Yayi Boni (G) embrasse son successeur Patrice Talon en présence du président ivoirien Alassane Ouattara et de son homologue togolais Faure Gnassingbé (D) à Abidjan, le 18 avril 2016 © Issouf sanogo / AFP

Le président élu du Bénin Patrice Talon et son prédécesseur Thomas Boni Yayi se sont réconciliés lundi à Abidjan. À la manœuvre : le chef d'État togolais Faure Gnassingbé et surtout leur hôte, le président ivoirien Alassane Ouattara.

« Entre Patrice (Talon) et moi, nous étions des amis, nous demeurons des amis et nous resterons toujours des amis. Ceci non seulement dans l’intérêt du peuple béninois mais encore dans l’intérêt de notre sous-région », a assuré lundi 18 avril  l’ex-président du Bénin, à l’issue d’un huis-clos de plus de quatre heures, à la résidence privée d’Alassane Ouattara.

 « On n’était pas en guerre »

« Je lui fais le serment d’être un bon président. Je voudrais le rassurer devant l’opinion (…) que je donnerai le meilleur de moi-même pour garantir à notre pays, aux Béninois et à toute la sous-région une bonne ambiance de convivialité, de paix », a renchéri Patrice Talon, vainqueur de l’élection présidentielle avec plus de 65% des voix et investi le 6 avril dernier.

« On n’était pas en guerre, pas du tout… Établir une bonne ambiance et entretenir cette ambiance-là, cela est nécessaire », a-t-il encore poursuivi, promettant « d’œuvrer pour la paix ». Le président ivoirien, principal initiateur de la rencontre, a évoqué, de son côté une « rencontre d’amitié, de fraternité ».

Deux ennemis jurés 

Patrice Talon avait été l’artisan de la victoire du président sortant Thomas Boni Yayi, dont il a largement financé les campagnes en 2006 et 2011.

Mais les deux hommes ont fini par se brouiller en octobre 2012, quand a éclaté à Cotonou une rocambolesque affaire de tentative d’empoisonnement du chef de l’État, dont Patrice Talon a été accusé d’être l’instigateur. À l’époque, l’entrepreneur était déjà poursuivi au Bénin dans des affaires de malversations et avait fui son pays, avant d’être arrêté puis libéré en France.

En 2013, il avait à nouveau été accusé d’être impliqué dans une tentative d’atteinte à la sûreté de l’État. Avant qu’en mai 2014, Thomas Boni Yayi lui accorde finalement son pardon, au moins formellement.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte